Rising of the Shield Hero (The)

Rising of the Shield Hero (The)

Titre original: 
Tate no yūsha no nariagari (盾の勇者の成り上がり)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Heroic Fantasy, action, aventure
Date de sortie originale: 
9 janvier 2019
Date de sortie en France: 
9 janvier 2019
Nombre d'épisodes: 
25 (terminé)
Nombre d'épisodes sortis en France: 
pareil
Durée: 
47 minutes pour l'épisode pilote, 24 minutes pour les autres
Support: 
TV, streaming, DVD, blu-ray
Prix: 
gratuit en streaming

Opening/Ending

Opening 1: "RISE" par MADKID

Opening 2: "FAITH" par MADKID

Ending 1: "Kimi no Namae" par Chiai Fujikawa

Ending 2: "Falling Through Starlight" par Asami Seto

Ending 3: "Atashi ga Tonari ni Iru Uchi ni" par Chiai Fujikawa

Avis

Après Goblin Slayer, j’enchaîne avec cet autre anime qui reprend volontairement des stéréotypes d’Heroic Fantasy pour les réexploiter à sa sauce.

 

The Rising of the Shield Hero démarre avec le schéma assez classique d’un jeune homme normal se retrouvant projeté dans un univers de fiction, en l’occurrence. Tout est là: un royaume en péril à sauver, un groupe de héros élus, chacun à un statut précis défini par son arme, un système d’expérience et de niveaux à passer pour s’améliorer, etc. . Sauf que le protagoniste se retrouve dans la mouise quand sa coéquipière la lui fait à l’envers. Qu’à cela ne tienne, que tous ces gros noobs et PNJ à la gomme aillent se faire voir, il va partir seul se renforcer. Bon ok, il ne parle pas comme ça, mais j’aurais bien aimé qu’il balance quelques phrases typiques de gamers qui aiment bien se lyncher entre eux. Bref, tout le monde s’acharne contre lui, si bien qu’il devient presque une cible à abattre.

Le début de cet anime demeure percutant. Notre héros en prend gratuitement plein la figure et devient cynique au possible se protéger psychologiquement et quand même accomplir ce pourquoi on l’a fait venir dans ce monde. L’empathie se met très vite en place entre nous et lui, devant l’injustice sévère qu’il subit et on ressent sa peine.

L’anime nous intrigue aussi forcément sur l’origine de ce phénomène d’humain transportés depuis notre monde vers un univers heroic fantasy. L’on se demande également ce qui provoque ces vagues de calamités qui s’abattent impitoyablement sur les royaumes de ce monde. Chose sympathique aussi, l’anime propose un aperçu du « »gameplay » si je puis dire, car les héros est capable de voir ses caractéristiques de compétence comme dans un RPG. Le système de jeu semble lui aussi bien fichu.

Après ce départ renversant avec tous les ingrédients pour plaire, la série va changer progressivement. Le héros parvient tant bien que mal à se constituer une petite équipe et partir en voyage pour exécuter des missions. Tant mieux dirons-nous, mais c’est le scenario qui va en pâtir grandement. L’histoire devient peu à peu de plus en plus caricaturale et les autres personnages tous plus stupides et insupportables les uns que les autres. À commencer par Raphtalia et Filo qui m’insupportent au plus haut point. Ce n’est pas la question qu’elles ne sont pas fortes, au contraire, ce n’est pas plus de l’ecchi ou le fan service, quand même assez peu présents dans cette série il faut le reconnaître. Non c’est juste qu’on a l’impression que Naofumi fait garderie à longueur des épisodes et ça ne s’améliore jamais au fil des épisodes. Quant aux autres personnages, ils n’ont aucun intérêt. Parmi les héros, Motoyasu qui est con comme ses pieds et Ren et Itsuki qui n’ont juste aucune présence ni consistance. Myne, détestable mais qui éveillait notre curiosité au début se révèle vite une simple garce de base sans aucune classe, Melty a un peu de piquant au début, mais le perd assez vite. Le roi aucun réel développement, les autres personnages restent tout autant transparents. À la limite, le forgeron demeure sympathique mais son rôle reste très réduit.

Les dix premiers épisodes restent un minimum intéressants grâce aux tâches ingrates qu’accomplit Naofumi, qui viennent apporter une belle critique aux récits héroïques, ou de vaillants guerriers libèrent un village menacé mais ne se soucient pas des conséquences de leurs actes. Mais par la suite, la série devient de plus en plus plan-plan. Une petite tentative de relancer l’intérêt semblait poindre du bout de son nez, avec le personnage de Fitoria, mais cela est vite retombé à l’eau.   

Quant au travail visuel, il est bon dans l’ensemble. L’animation, les personnages et les décors sont soignés. On aura droit aussi à quelques combats plaisants, grâce aux capacités variées du bouclier de Naofumi. Cependant, à nouveau l’intérêt de la série se résume à lui car les autres héros semblent de grosses brêles à côté, pourvues de max deux ou trois techniques.

 

Après un début excellent, qui avait de quoi séduire tout fan de RPG et heroic fantasy, l’anime retombe progressivement pour ne jamais redécoller. Tout l’intérêt ne repose que sur le héros, qui lui aussi perd peu à peu de son mordant au fil des épisodes. La fin ouverte incite et les questions qui subsistent quand même à regarder une suite hypothétique, mais beaucoup de regrets donc pour ces vingt-cinq épisodes.

 

Hanoko, épisode pilote vu le 07/04/2019 puis tout de vu jusqu’à fin juillet 2019

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Rising of the Shield Hero (The) / Tate no yūsha no nariagari (盾の勇者の成り上がり) (Animes)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici