Virtus - Le sang des gladiateurs

Virtus - Le sang des gladiateurs

Titre original: 
Virtus
Auteur(s): 
Genre: 
Action, fantastique, historique, drame
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
13 septembre 2012
Nombre de tomes: 
5 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
5
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette papier
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
224
Prix: 
7,95€
Rythme de parution: 
bimestriel

Résumé des tomes

Avis

Prisonniers ou esclaves, un groupe de détenus passe de la peste au choléra. Alors qu'ils vivaient dans un milieu carcéral sombre et opprimant à la Rainbow, ces hommes vont goûter à la terreur la plus totale. Projetés en pleine Antiquité romaine où les combats de gladiateurs battent leur plein, ils vont devoir se battre face à de féroces guerriers dans une lutte pour la survie sans merci. 
La cause de tout ceci? Takeru Narumiya, prisonnier expert en judo qui recèlerait en lui la Virtus. La noble Marcia, par l'intermédiaire d'une vieille sorcière, l'a fait transporter du Japon dans le futur vers l'arène de Rome, afin qu'il mette fin à la cruauté bestiale du terrible Commode, ainsi qu'à l'horreur des combats de gladiateurs tant encensés même de la population.
Voici le lourd programme de Virtus. L'idée de départ est assez originale, le scenario par la suite est classique mais le tout est horriblement efficace. Le lecteur, tout comme les personnages, sont très vite plongés au coeur de l'action. Les affrontements sont d'une sauvagerie exceptionnelle, avec des scènes de tuerie extrêmement violentes dont l'intensité me rappelle celle du sublime et terrifiant Shigurui. Virtus met en oeuvre un dessin précis, incisif et très expressif pour nous faire vivre l'action pleinement. Par la suite, la relation entre les personnages se complexifie, entre la difficulté de créer un esprit d'équipe pour assurer leur survie à tous et les divergentes personnalités qui se côtoient. Nos prisonniers japonais ont chacun un tempérament très marqué qui vient parfois envenimer la situation.  

Suspense sur l'avenir obscur et interrogations sur le passé des héros, la suite de Virtus nous fait frémir d'avance. Un manga médusant à réserver aux plus aguerris d'entre nous! 

Hanoko, deux tomes lus, le 04/10/2012

 

"Première impression sur Virtus : je n'accroche pas trop au dessin, même si le design représente de bons psychopathes. Et en quelques secondes, tout cela s'est évaporé, on est happé par le récit : une bande de prisonniers japonais est téléportés en 100 et quelques à Rome par une Sybille, afin de rétablir la virtus, autrement dit empêcher le déclin de l'empire. Il va s'agir d'une lutte à mort pour leur survie. Et c'est vraiment trépidant.  

Les combats sont gores, dans la lignée d'un Baki, Black Joke ou Shigurui : on voit tous les détails bien comme il faut. Les bouts de cervelles ou les intestins qui explosent, les yeux révulsés. Miam miam.  

"Le judo sauvera Rome !!!" tel pourrait être le slogan du manga. En effet, selon l'auteur, dans cet art martial, on domine par l'intelligence, pas par la force, sans faire couler le sang, afin de sauver Rome de sa folie sanguinaire. Et aussi parce que dans la mentalité japonaise, la société passe avant l'individu. Bref, l'empire japonais à la rescousse de l'empire romain, je suis très sceptique sur les sous-bassements idéologiques du titre.  

Commencé en même temps que Thermæ Romæ, il faut croire que le Japon connaît son revival romain. A voir si il existe d'autres titres dans le même genre je pense notamment à Cesare de Fuyumi Soryô, sorti en 2006. 

Un manga fun." 

Docteur Spider, 2 tomes lus, 20/05/2013

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Commentaires

huu! très bien ce petit résumé ,ça donne envie de la lire ^^

Portrait de Hanoko

Merci ^^
Yep, il déboite bien ce manga!

Ninja Gaiden power :D

Vous êtes ici