Femme Limace (La)

Femme Limace (La)

Titre original: 
Itou Junji Kyoufu Manga Collection 7 - Namekuji no Shoujo
Auteur(s): 
Genre: 
Horreur, fantastique
Éditeur original: 
Asahi Sonorama Ltd.
Éditeur français: 
Tonkam
Date de sortie originale: 
1998
Date de sortie en France: 
2009
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Glacée, souple, granuleuse
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
230
Prix: 
9€

Avis

"Voici le nouveau recueil de nouvelles de Junji ITO ! En grande fan, je vais vous en faire la critique.
Tout d'abord, il faut savoir que les nouvelles présentes dans ce tome s'échelonnent entre 1987 et 1995. Elles ne sont donc pas toutes neuves, elles sont même carrément vieilles. Et ça se voit, notamment pour la dernière (la maison bio), qui est de 1987 : le dessin est hasardeux, très noir, plutôt grossier. On sent que l'auteur fait encore son coup de crayon. Les autres histoires sont meilleures graphiquement, on retrouve l'éternelle patte de ITO.
Niveau histoire maintenant, qu'avons-nous ? Et bien encore et toujours de l'horreur et de l'étrange, à la limite du dégueulasse. En détail, ça donne :
La première histoire est assez repoussante. Imaginez que vous ayez une limace douée d'une vie propre à la place de la langue... Vous avez envie de vomir ? C'est le but ! Les images sont d'ailleurs à la hauteur du pouvoir vomitif de l'histoire. C'est classe quand même.
La deuxième histoire est assez molle, je trouve. On est en présence d'un cadavre rempli d'humains encore vivants malgré plusieurs années, et qui décident de se lever tous ensemble. Pourquoi ? On l'ignore. J'ai trouvé cette histoire plutôt fade.
La troisième histoire retourne vers le côté crade de la force. Ici, on a droit aux moisissures. L'histoire est plutôt sympa et les images qui l'accompagnent aussi. Cependant, je la trouve un peu longue pour un résultat prévisible.
La quatrième histoire est une espèce de remake de la malédiction du pharaon. Une gamine subit les dommages collatéraux d'une bêtise apportée par le grand-père de Yuji quelques années plus tôt. Le résultat est au comble de l'horreur. Des corps façon gruyère, ça fait un sacré effet.
La cinquième histoire est plutôt banale à mes yeux. L'aubergiste a tellement creusé qu'il se retrouve en enfer. Le gamin qui décide d'aller voir voit effectivement des choses impensables. Mais je trouve que ça manque de peps. ITO nous avait habitué à mieux.
La sixième histoire est ma préférée du recueil. Les personnages sont sacrément bien montés et profonds. Utiliser le côté maniaque de la famille était une bonne idée. Le résultat nous donne des frissons dans le dos. Plus jamais vous ne prendrez une douche comme avant.
La dernière histoire est donc la plus vieille du recueil. Elle me fait penser à une histoire de Histoires d'oeil -Yui- dans le sens où la nourriture y trouve son côté le plus dégueulasse. Malgré une fin décevante et des dessins bof, cette histoire est plutôt fun à lire.  

En bref, un recueil sympa mais qui ne vaut pas ses prédécesseurs, comme Mystère de la Chair (Le)." 

Dragon de Givre, le 21/09/09, tome lu.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici