Air Doll

Air Doll

Titre original: 
Kûki Ningyô
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
fantastique
Éditeur français: 
Océan Films Distribution
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
2010
Durée: 
2h05
Support: 
Cinéma, DVD
Prix: 
13€€-19,99€€

Avis

De ce que je savais de Air Doll avant de le regarder était son synopsis et l'actrice qui interprétait le rôle principal : Bae Doona. C'est une actrice que j'apprécie et que l'on a déjà pu apercevoir dans d'excellents films tels que Host (The), Sympathy for Mr Vengeance ou encore Barking Dogs Never Bite. Du coup, j'étais persuadé que le film était coréen. Je fus donc très surpris en entendant les personnages parler japonais, y compris Bae Doona. A bien y réfléchir, ce n'est pas si surprenant puisqu'en 2005, elle avait déjà joué au côté de Maeda Aki (Battle Royale, Battle Royale II) dans Linda Linda Linda, un film réalisé par Nobuhiro Yamashita. Après une recherche sur Internet, j'ai découvert que le réalisateur de Air Doll n'était autre que Kore-Eda Hirokazu à qui l'on doit notamment Nobody Knows et After Life

Une fois cette surprise passée, on découvre une histoire qui ressemble un petit peu à Pinocchio au début. Mais précisons tout de même que ce n'est pas un film pour enfant. Ici, ce n'est pas une marionnette qui va se transformer en petit garçon mais une poupée gonflable en jeune femme. Nous allons avoir droit à mal de scènes dénudées voir érotiques, il est donc préférable d'avoir 15-16 ans avant de le regarder. La première partie va se focaliser sur la découverte du monde extérieur par Nozomi. Elle va s'émerveillée de tout, sous une musique d'ambiance vraiment sympathique qui accompagne bien l'image. La deuxième partie est bien moins drôle. Après avoir découvert les bons côtés de la vie, Nozomi va découvrir le reste. Le réalisateur nous pousse à réfléchir sur le sens de la vie et nous livre une vision pessimiste de notre Société. D'ailleurs, le thème abordé principalement est la solitude. Dès le début du film, on nous présente un homme seul qui vit avec une poupée qui représente tout pour lui. Il lui fait la conversation etc. Puis le réalisateur va nous présenter d'autres personnages tous plus seul les uns les autres. C'est d'ailleurs le point le plus négatif du film. Ces personnes seules sont à peines efflorées. On en vient même à se demander ce qu'ils viennent faire là si ce n'est généraliser ce sentiment de solitude à la Société toute entière. D'autres thèmes vont être abordés comme l'ersatz, mais je vous laisse le plaisir de découvrir. 

Parlons un petit peu du personnage principal. Nozomi est comme un enfant qui naît. Elle découvre le monde et est naïve. Cela permet des scènes drôles et d'autres plus choquantes, une en particulier mais je vous laisse découvrir. En effet, elle oscille entre sa fonction première à savoir assouvir les désirs sexuels de son « maître » en restant inanimée et sa nouvelle vie qu'elle commence à se bâtir. Le tout est filmé de manière assez lente. Le réalisateur se permet des longueurs qui m'ont assez plus mais qui ne plairont pas à tout le monde c'est évident. Bae Doona nous livre une prestation vraiment impressionnante et confirme par là son statut de grande actrice coréenne de sa génération.  

Que dire de plus ? Air Doll est un film original, lent, jouant à la fois avec nos souvenirs d'enfants mais en les transposant dans notre univers d'adultes et en abordant des thèmes plus actuels tels que la solitude ou de la futilité de notre place dans le monde. Il est à la fois intéressant et dérangeant. Bref, c'est un film intéressant à regarder mais destiné à un public averti. 

Par Seraphim, le 01/12/12

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici