Île aux chiens (L’)

Île aux chiens (L’)

Titre original: 
Isle of Dogs
Pays d'origine: 
États-Unis, Allemagne
Genre: 
science-fiction, drame, aventure, action
Éditeur original: 
20th Century Fox
Éditeur français: 
20th Century Fox
Date de sortie originale: 
17 mars 2018 (festival South by Southwest), 13 avril 2018 (sortie nationale)
Date de sortie en France: 
11 avril 2018
Durée: 
1h41
Support: 
Cinéma, TV, DVD, blu-ray, streaming
Prix: 
10€
Bonus: 
Galerie photos, bande-annonce, making of : Les animateurs, Interviews des "acteurs", Les marionnettes, Une ode aux chiens, La ville de Megasaki et l'île poubelle, Les conditions météorologiques et l'environnement

Avis

Le chien n’est désormais plus le meilleur ami de l’homme, mais un paria à exiler. De nombreux chiens se font expulser vers une île déchetterie, au prétexte d’une maladie. Parmi les rares à s’insurger de cette situation, un garçon, qui veut retrouver son chien.

 

J’avais loupé ce film à sa sortie cinéma, mais je voulais vraiment voir ce film. Préalablement, l’affiche laissait une forte impression, pour ce qu’elle représentait et le style graphique qu’elle laissait entrevoir. Et quand on commence le film, un festival de beauté visuelle s’offre à nous, avec un mélange d’animation 2D pour narrer le contexte et d’animation en volume pour le présent. J’admire de ce travail de création de décors et d’animation des personnages, en particulier leurs expressions faciles. Humains et canins.

La réussite de l’ambiance visuelle s’accompagne aussi d’une histoire très accrocheuse dès le début. En effet, ce bannissement de tous les toutous nous paraît fou et forcément, on se sent fort attristés pour eux. On découvre ensuite les rudes conditions de survie des chiens, qui ne se laissent pas abattre pour autant. J’adore la manière de donner des caractères et répliques typiquement humaines aux chiens, mais adaptées à leurs problématiques de chiens. Cette drôle de combinaison à la fois se moque des stéréotypes des personnages humains dans les films du même genre et à la fois parvient à donner du charisme aux personnages canins. Le fait que les humains parlent japonais, sans sous-titre, seulement traduit parfois par une interprète me rappelle agréablement la narration du film Azur et Asmar. Cela dit, comme je regarde beaucoup (trop ) d’anime, j’ai compris une bonne partie des dialogues en japonais ^^. En revanche, je ne sais pas encore pourquoi le réalisateur a placé son histoire dans un Japon alternatif, d’autant que la célèbre histoire du chien Hachikō laissent à penser que jamais le Japon ne condamnerait ainsi l’espèce canine. Peut-être un autre hommage particulier?

Je regrette toutefois que le film prenne un tournant trop classique dans son scenario, annulant un peu la surprise du début. Par ailleurs, le rôle du groupe de lycéens dont on suit les agissements parallèlement à l’aventure des chiens et d’Atari reste malheureusement trop marginal à mon goût, ils ne sont traités que superficiellement.

 

Un très chouette film, enfin, chien film devrais-je dire. Même si j’ai des réserves quant au développement de l’histoire, il vaut le détour. En tant qu'amatrice des travaux de Kihachirô Kawamoto (Temple Dôjôji (Le), Vie d'un poète (La)...), je me suis régalée à regarder ce film.

 

Hanoko, le 01/09/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici