Melancholia

Melancholia

Titre original: 
Melancholia
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Japon
Éditeur français: 
Philippe Picquier
Date de sortie originale: 
1996
Date de sortie en France: 
2003
Traducteur: 
Sylvain Cardonnel
Nombre de pages: 
253
Prix: 
18,50€

Avis

Murakami a un véritable don pour faire tourner la tête de ses lecteurs.
Son style c'est le brut, un véritable bourrin qui ne fait pas dans l'élégance mais dans la truculence. On pourrait dire que c'est LE Stephen King japonais. Il n'hésite pas à dire les choses telles qu'elles sont, et ses personnages, très charismatiques, n'ont pas la langue dans leur poche. 

C'est exactement ce qui fait de Melancholia un livre si attachant.
Second volet d'une trilogie comprenant Ecstasy (premier tome) et Thanatos (dernier tome), ce roman nous plonge dans tout ce que l'on peut trouver de plus noir dans la race humaine. 

Les humains aiment se faire mal, ils aiment se droguer à n'en plus savoir si ils sont vivants ou non, boire à se pisser dessus... et encore.
C'est ce domaine qu'explore Murakami ici. Il ajoute à cela la soumission d'une grande majorité de japonaises accro au sado-masochisme. Et c'est au travers des paroles de cet étrange Yazaki que l'on apprend tout cela.
Ses récits sont tellement divergeants, qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre et qu'on se met à tourner les pages sans savoir ce qui nous attend à la fin. Imprévisible personnage que ce Yazaki, et une Michiko (la narratrice) qui malgré qu'elle se dise sûre d'elle, ne l'est pas autant. 

L'histoire se suit sans aucun accrochage. On poursuit la lecture avec plaisir, et si quelques passages sont choquants, une grande réflexion se cache derrière. A travers de l'ex-SDF sont visibles toutes les misères du monde, et on se demande par la suite si nous vivons tous dans le même monde ou non ? 

J'ai néanmoins été assez déçu par la fin, sans doute à cause du quatrième de couverture qui disait "comme en témoigne le coup de théâtre des dernières pages qui plongent brutalement le lecteur dans l'horreur". Vraiment, la connerie. Ils pourraient se relire, on retrouve la même chez tous les éditeurs, des résumés faux, des quatrièmes de couvertures bidons.. n'importe quoi. Enfin, c'était mon petit coup de gueule, autrement le livre est vraiment pas mal. 

Mika, le 08/12/2005

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici