Thanatos

Thanatos

Titre original: 
Thanatos
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Japon
Éditeur français: 
Philippe Picquier
Date de sortie originale: 
2001
Date de sortie en France: 
2005
Traducteur: 
Patrick Honnoré
Nombre de pages: 
232
Prix: 
17,50€

Avis

Le début du livre.
C'est de lui dont on essaie de se souvenir lorsque trop de pages ont été tournées. On se demande alors comment a-t-on pu en arriver là ? Comment Watanabe a-t-il pu la laisser aller dans de telles divagations ? Mais le fourbe en profite, et se prête volontiers à ce jeu... mais est-ce un jeu ?
Cette femme divague, elle ne sait pas où elle est, ni ce qu'elle fait ou dit ! Ces rares moments de lucidité ne durent jamais très longtemps, et malgré tout notre narrateur continue de rester près d'elle. Au début, bien sûr il ne veut que "se la faire", comme il le dit si bien, mais ensuite il se sent vraiment attiré par ces histoires farfelues et malsaines qu'il entend. 

C'est tout l'esprit de Thanatos. Une femme dingue et très belle, Reiko, et un homme qui ne sait pas vraiment ce qu'il fait de sa vie, loin de son pays d'origine... Leur rencontre fera notre plaisir, certainement, en dégoûtera peut-être d'autres également, je n'en sais rien, tout dépendra de vos goûts. Si vous aimez lire des histoires parfois maso, n'hésitez pas, c'est en plus très bien écrit - même si le manque de ponctuation lorsque Reiko commence une histoire peut déstabiliser, on s'habitue.
Cependant, ça parle parle parfois trop de cul, et on s'emmerde alors, ça devient lassant, mais il y a toujours un événement qui vient rattraper la scène ratée, et puis c'est reparti. Ryu Murakami a essayé d'intégrer des personnages lunatiques et ambigus comme le fameux Maître, et il réussit son coup. Du folklore, il y en a aussi, et puis la Reiko a passé du temps à Paris, et en France, elle en parle beaucoup. 

Mon sentiment ? Hum... que dire ? Je ne m'attendais pas à grand chose du dernier volet de la trilogie (Melancholia ; Ecstasy), et je n'ai ni été déçu ni été touché par ce livre. La destruction de soi, la bêtise de l'homme perdu, sont des thèmes récurrents chez l'auteur, mais il les maîtrise, et les explique avec brio dans ses bouquins. Si vous souhaitez en savoir plus sur comment une personne en vient à se détruire, évitez les bouquins écrits par des psy, lisez simplement du Ryu Murakami.  

Mika, le 13/05/2007

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici