Miracle dans la cellule 7

Miracle dans la cellule 7

Titre original: 
Miracle in Cell n°7
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
Comédie, Drame
Éditeur original: 
NEW
Date de sortie originale: 
23 janvier 2013
Durée: 
127 minutes
Support: 
Cinéma, DVD

Avis

Je dois bien vous avouer que c'est plus le succès qu'a rencontré ce film que l'histoire qui m'a intéressé de prime abord. Miracle in Cell n°7 a attiré 9 millions de coréens entre le 23 janvier 2013 et le 18 février de la même année et totalise 12,8 millions d'entrées ce qui le classe N°1 au box-office coréen durant le premier semestre 2013. Pas mal, n'est-ce pas ? Et intriguant je trouve. Me voilà donc partie pour une séance de cinéma.  

L'histoire débute au tribunal où une jeune avocate semble défendre un criminel et apporte la preuve de l'innocence de cette personne que l'on ne voit pas en affirmant avoir été présente. Et sans plus de fioriture, le réalisateur nous plonge dans un flashback nous présentant le personnage principal Yong Goo, un papa avec un âge mental de 6 ans, et sa petite fille Ye Sung. Ils vivent une vie heureuse, elle est épanouie et intelligente, lui l'aime plus que tout au monde et veut tout faire pour son bonheur. Suite à quelques évènements que je vous laisse découvrir, il va se retrouver en prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis, laissant Ye Sung seule.
L'histoire semble assez classique de prime abord. Mais après avoir visionné ce film, force est de constater que je me suis fourvoyé. Ce n'est pas l'histoire d'un homme que l'on va essayer de disculper parce qu'il a été envoyé en prison alors qu'il est innocent, non c'est l'histoire d'un père qui aime sa fille plus que tout au point de tout sacrifier pour la rendre heureuse, c'est l'histoire de l'innocence pure au contact de l'abjection humaine (et pas forcément là où on l'attend), c'est l'histoire de… Bon ok j'exagère un peu quand même, mais le fait est que ce film est plus profond que ce que laisse supposer le speech initial. J'ai vraiment été pris dans l'histoire, que j'ai trouvé très bien. D'ailleurs, Miracle in Cell n°7 m'a fait penser par petites touches à différents films tels que La ligne verte pour l'innocent qui est incarcéré et la relation qu'il va nouer avec les gardes entre autres, ou encore La vie est belle notamment pour la relation entre Yong Goo et Ye Sung entre autres. L'histoire est moins téléphonée que ce à quoi je m'attendais, et des rebondissements viennent pimenter le tout. Bref, du tout bon à ce niveau-là.
Ce film est une comédie dramatique. On passe régulièrement des rires aux larmes, le tout ponctué de scènes tendres et poétiques desservies par de bons acteurs crédibles et une musique très réussie bien que moins marquante que dans 2 soeurs par exemple. L'humour est présent sans être lourd ni de trop. La scène de la photo de bébé m'a fait pouffer de rire après avoir tenté en vain de me retenir. Cela permet de se prendre d'affection pour les différents personnages de la cellule N°7 et des autres qui gravitent autour. Et forcément parce qu'on se met à les apprécier, on est triste quand il leur arrive quelque chose de triste notamment la scène où… Naaan, regarder-le par vous-même, vous ne serez pas déçu. 

Coté réalisation, il n'y a pas grand-chose à dire. C'est très bien filmé, les plans sont jolis, rien n'est de trop. Lee Hwan-kyung a fait du bon travail. Cela me donne presque envie de découvrir son travail. C'est lui par exemple qui a réalisé He was cool. Presque parce qu'il semble bien aimer la thématique des chevaux, et moi pas vraiment. 

Au final, Miracle in Cell n°7 est une très bonne comédie dramatique, pas si banale qu'elle n'y parait, et se permet même de critiquer le système judiciaire de manière générale. N'hésitez pas à le regarder, vous devriez passer un bon moment. Ce fut le cas pour moi. 

Par Seraphim, le 08/01/14.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Commentaires

Portrait de Docteur Spider

Merci pour cette chronique, ça a l'air pas mal du tout 

"Les hommes ont une femme, mais les femmes n'en ont pas." Proverbe féministe

Vous êtes ici