Jours d'Hiver

Jours d'Hiver

Titre original: 
Fuyu no Hi (冬の日)
Pays d'origine: 
Japon, Russie, Belgique, Canada, République Tchèque, Angleterre, Pays-bas, Chine
Genre: 
Fantastique, aventure, drame, humour, mystique
Éditeur original: 
Kinokuniya Shoten
Éditeur français: 
Les Films du Paradoxe
Date de sortie originale: 
2003 (cinéma) - 2004 (DVD)
Date de sortie en France: 
2003 (Cinéma) - 2008 (DVD)
Durée: 
40 minutes
Support: 
Cinéma, DVD
Prix: 
19,99€
Bonus: 
Making of, livret illustré

Avis

Eh oui vous ne rêvez pas, près de quarante animateurs ont participé à ce projet! Pour replacer le contexte: Kawamoto Kihachirô, réalisateur spécialisé dans l'animation de marionnettes, voit germer dans son esprit l'idée d'adapter l'un des plus célèbres Renku de Bashô Matsuo nommé Fuyu no Hi en film d'animation. Le Renku, dérivé du Haiku (genre poétique japonais), est un groupement de vers écrits par plusieurs poètes qui doivent à chaque fois débuter par le dernier vers du poème précédent. Au bout de plusieurs années, Kawamoto Kihachirô concrétise son projet avec la participation de dizaines d'animateurs pour la plupart japonais mais avec quelques invités internationaux. En a résulté ce film d'animation Fuyu no Hi

J'étais plus que curieuse de découvrir le fruit d'une telle entreprise. Après l'avoir vu, ce film me laisse un sentiment étrange d'émerveillement et de retenue.
En premier lieu bien évidemment, on ne peut que se laisser éblouir par ce kaléidoscope de styles graphiques qui s'enchaînent. N'importe quel fan d'animation appréciera la richesse visuelle d'une telle oeuvre et applaudira la démarche d'avoir réuni tant de personnalités différentes. Chaque verset possède son charme propre à lui entre de l'animation 2D classique, du stop-motion de marionnette ou personnages sculptés, de la 3D, etc. Les ambiances varient beaucoup, certaines sont dramatique, d'autres tendent à l'abstraction et quelques-unes seront aussi très drôles. Quelques téléspectateurs pourront s'offusquer des deux ou trois passages cartoonesques et grossiers, mais j'ai beaucoup leur humour impertinent. Ils viennent désacraliser le genre poétique qu'on met toujours sur un piédestal. Il va de soi aussi que des passages nous toucheront plus que d'autres, j'ai même trouvé que certains étaient en deçà des autre du point de vue qualitatif. Mais l'ensemble reste beau. 

Là où j'ai un peu buté est la narration. Je pense ne pas avoir abordé ce film de la bonne manière, j'ai trop cherché de connexion logique entre les versets et de continuité. Je me suis décarcassé la cervelle au cours de ce film pour comprendre le fil conducteur, alors qu'on change souvent radicalement d'ambiance d'un moment à l'autre. Tout s'enchaîne très vite sans qu'on comprenne grand-chose alors que toutes les parties nécessiteraient une analyse un peu poussée. De plus, j'ai tenté de m'appuyer sur chaque vers montré à l'écran (qui demeurent les seules paroles de tout le film) pour faire la transition d'une séquence à l'autre, mais ils m'égaraient plus à chaque fois. Un détail pénalisant aussi est que le genre littéraire de la poésie ne m'a jamais touchée, donc cela n'a pas aidé à me faire apprécier davantage le film. Kawamoto Kihachirô a supervisé l'ensemble du film pour conserver une cohérence mais pour le coup, même moi qui aime les oeuvres hétéroclites, là c'était trop disparate pour obtenir une harmonie. 

 

Jours d'Hiver s'inscrit sans conteste parmi les meilleures expériences visuelles d'animation. Toutefois, le film demeure un peu difficile d'accès au niveau du sens. Cependant, il se regarde très bien en tant que pure oeuvre graphique et permet de nous faire découvrir de nombreux artistes (allez voir la page Wikipedia anglaise du film pour plus de détail sur les parties sur lesquelles ont travaillé chaque réalisateur). 

Hanoko, film vu le 13/08/2016

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici