Porte de la paix céleste

Porte de la paix céleste

Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Chine
Éditeur français: 
Editions du rocher - Folio
Date de sortie en France: 
1997
Nombre de pages: 
147
Prix: 
4,80€

Avis

"L'histoire commence la nuit du 3 juin 1989. On suit la jeune Ayamei, qui se présente comme une des organisatrice du mouvement pour la démocratie, ayant par exemple impulsé la grève de la faim et sa fin, ou participer aux négociations télévisées avec le gouvernement. Autrement dit le personnage est inspiré de Chai Ling. 

Shan Sa expérimente ici un procédé qu'elle reprendra avec Joueuse de go (La), un homme, une femme, que tout est censé opposer (ici, un soldat et une étudiante) que l'on suit par chapitres interposés.
Afin de réussir à alterner les personnages principaux, Shan Sa utilise de façon remarquable les journaux intimes, qui sont des portes d'entré vers l'autre.  

Le deuxième tiers du livre est donc consacré aux journaux intimes d'Ayamei. Le début qui couvre sa petite enfance, est très drôle (sur les enfants d'occident qui ne connaissent pas le bonheur socialiste, et lors de la mort de Mao). Puis son journal de 82 avec son histoire d'amour (ce qui change des histoires d'amour de 89). Enfin son journal de cavale.  

Du coup, Zhao, le lieutenant qui essaye de comprendre Ayamei via son journal, se met à douter de sa mission. Le tout a un petit côté adaptation filmique d'Au coeur des ténèbres 

Au début, la présentation des personnages n'est pas très bien amenée (je vous ai parlé un peu du personnage X, bon j'en profite pour vous faire une petite biographie), mais le système de journal intime rattrappe le tout. La porte de la paix céleste est très bien écrit, les descriptions sont très parlantes. 

Une bonne petite lecture. On n'en apprendra pas plus sur la séquence tiananmen, mais on pourra vivre en direct le massacre de la nuit du 3 juin, et surtout suivre une meneuse de la lutte en cavale, dans la Chine profonde." 

Docteur Spider, lu d'une traite, le soir du 05/12/08

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici