Infernal Devices (The)

Infernal Devices (The)

Titre original: 
The Infernal Device
Pays d'origine: 
Fantastique, mystère
Genre: 
États-Unis, Corée du sud
Éditeur original: 
Yen Press
Éditeur français: 
inédit
Date de sortie originale: 
2012
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Couverture: 
Souple, glacée et granulée
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
240
Prix: 
8,99$

Avis

Une jeune femme venue des États-Unis arrive à Londres pour y retrouver son frère. Sauf que c'est elle que des malfaiteurs sont venus retrouver et embarquer de force. Quand la rescousse arrive, ce ne sont pas des policiers mais des agents d'un institut occulte qui la recueille. Tessa Gray plonge alors dans un monde surnaturel dont elle ne soupçonnait pas l'existence et apprend qu'elle possède des pouvoirs magiques.
Un manga plutôt classique en matière d'histoire avec des créatures fantastiques mais de bonne qualité. 

L'histoire débute de manière assez précipitée, on se demande un peu ce qu'il se passe tant les événements se déclenchent et défilent à vive allure sans qu'on comprenne pourquoi. Heureusement les choses se posent par la suite et se clarifient. L'on découvre alors tout un sympathique casting de personnages dans l'institut londonien de Shadow Hunters, des sortes d'agents spéciaux chargés de réguler et réprimer les débordements de créatures fantastiques qui se dissimulent et vivent parmi les humains. Si les deux personnages principaux sont assez classiques, les autres se révèleront plus amusants et attachants, ma préférée étant Jessamine qui a tout de la pouffe superficielle mais qui ne manque de répliques drôles et un peu décalées.
Le scenario se déroule avec ses intrigues et mystères qui ne sortent pas franchement des sentiers battus mais qui suffisent à nous capter l'attention. Les auteures jonglent assez bien entre les personnages pour leur donner du rôle à chacun et limiter leur aspect potiche étant donné que l'héroïne est au coeur de l'attention. L'histoire avance à un bon rythme, les quelques scènes d'action seront assez marquantes de par leur présence réduite mais bien amenée et les quelques twists dans les rebondissements apporteront un peu plus de richesse dans l'histoire. Encore une fois, ça reste un peu prévisible sans que cela rende le manga ennuyeux.
Côté dessins, je suis assez mitigée. De toute évidence, Hye Kuyng Baek a dessiné toutes ses pages avec le plus grand soin et minutie. Son style est d'une grande finesse, les personnages toute comme les décors fourmillent de détail, le tramage est très bon. Bref, dans l'ensemble les planches sont très belles et font ressortir l'élégance anglaise du XIXème siècle. En revanche, j'ai trouvé la composition des pages un peu confuse et surchargée et surtout, on sent une case sur deux un manque de maîtrise dans le dessin de ses personnages. Ses postures pas très naturelles, des visages pas très droits, des personnages aux traits plus que grossiers (je pense notamment à Mortmain). Des petits défauts qui viennent ternir ce beau tableau. Ensuite pour parler de choses qui relèvent plus de jugement de goût personnel, je trouve que le character design des personnages à quelque exceptions près ne donne pas du tout l'impression d'avoir affaire à des adolescents, on a l'impression qu'ils ont tous facilement cinq ou dix ans de plus. Et pour terminer, le character design volontairement bâclé de Henry pour lui donner un air stupide m'agace au plus haut point, pourquoi est-il le seul personnage qui n'a pas le droit à un vrai visage?
En tout cas, si la dessinatrice rectifie ses quelques petites tares, elle deviendra vraiment une dessinatrice de choix ! 

The Infernal Devices est un manga assez chouette dans l'ensemble. Je ne sais pas ce qu'il vaut en tant qu'adaptation du roman original mais il se lit bien. À tester pourquoi pas. 

Hanoko, un tome lu le 03/01/2016

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Infernal Devices (The) / The Infernal Device (Émules)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici