Homme de la Maison (L')

Homme de la Maison (L')

Titre original: 
Liao Liao - Gone Case
Pays d'origine: 
Singapour
Genre: 
Tranche de vie, drame
Éditeur original: 
édité par les auteurs eux-mêmes
Éditeur français: 
Steinkis
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2016 (le 9 mars)
Nombre de tomes: 
2 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (les deux tomes réunis en un)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Couverture: 
Rigide, simple, glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
276
Prix: 
22€

Avis

Un pré-ado suit le cours de son quotidien. Les aléas de la vie le guideront sur des instants d'amusement, de tristesse, de frustration, de rêverie... À travers son quotidien, nous suivons également de près ou de loin l'histoire des membres de son entourage, sa famille proche, ses amis. 

L'Homme de la Maison nous compte un récit s'ancrant résolument dans l'ordinaire. C'est là que le charme discret mais bien présent prend effet. Alors que nous observons l'évolution d'une famille qui pourrait être la nôtre et que l'histoire déploie une trame assez commune, la lecture de ce volume s'est révélée très limpide. Point de portée grandiloquente comme une satire sociale. Mais des personnages simples, très humains et tous attachants. Chacun d'entre eux, aussi courte que peut être leur apparition, laisse entrevoir un peu de leur parcours et leur personnalité, offrant une richesse à l'oeuvre insoupçonnée au départ. L'histoire qui progresse à un rythme constant et judicieux, nous fait avancer dans la vie de notre héros sans discontinuité malgré les quelques ellipses.
Le dessin est tout à l'image de la tonalité de l'histoire. Dans un style semi-réaliste, l'auteur dessine avec beaucoup de sobriété et de naturel, uniquement à l'encre noire, sans ombrage. Au début je me mélangeais un peu entre les personnages quand on voyait Yong parmi ses amis, cependant, on peut voir que le travail sur le faciès des personnages s'améliore peu à peu, palliant pile poil ce qu'il manquait pour bien les différencier (à moins que je me sois simplement accoutumée). J'ai particulièrement aimé son travail sur la composition des pages. Le découpage reste très structuré mais j'aime beaucoup ses cases reprenant plusieurs fois d'affilée le même point de vue qui suit le déplacement d'un personnage ou autre élément. Jamais l'auteur n'effectue de copier-coller, même six cases de suite, il redessine le même décor pour ce procédé narratif. Dans la même optique, certaines planches montreront une même illustration morcelée en plusieurs cases, autre procédé de scenario qui donne étonnement plus de force dramatique. 

Entre mélancolie et espoir, L'homme de la Maison est un havre d'authenticité et d'émotions douces. Un titre à découvrir pour ceux qui savent se poser. 

Hanoko, un tome lu, le 07/03/2016

À savoir qu'il existe également une série télévisée adaptée du roman original.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici