Sengoku Basara Samurai Heroes - Roar of the Dragon

Sengoku Basara Samurai Heroes - Roar of the Dragon

Titre original: 
Sengoku Basara 3 - Roar of the Dragon
Auteur(s): 
Genre: 
Action, historique
Éditeur original: 
Shueisha
Éditeur français: 
Kaze manga
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2012 (le 19 décembre)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
200
Prix: 
6,99€
Rythme de parution: 
Terminé

Avis

J'avais bien tripé sur les jeux, j'avais adulé l'anime, donc si l'une des séries de manga adaptées sort en France, je ne vais pas cracher dessus loin de là! Sengoku Basara Samurai Heroes - Roar of the Dragon se situe à cheval entre le jeu Sengoku Basara 2 et Sengoku Basara Samurai Heroes: il reprend la période Toyotomi Hideyoshi dans les guerres de l'époque Sengoku et inclut Tokugawa Ieyasu et Ishida Mitsunari. Nous suivons le parcourt du clan Ôshu mené par Date Masamune qui oeuvre pour réunifier tout son fief dont certains seigneurs restent dissidents. Il mènera de concert ses troupes face aux armées de Toyotomi Hideyoshi en campagne de guerre. 
Alors que l'on connaissait la série surtout pour sa vision déjantée et fantasque de cette époque aux guerres incessantes, ce manga nous donne une vision plus humaine de quelques uns des personnages de cette grande saga. Ainsi, alors qu'on connaissait Date Masamune comme l'éternel samurai belliqueux et increvable qui a toujours la pêche, on le voit ici comme quelqu'un qui s'inquiète pour son le bien de son peuple et qui prône la protection des siens, notamment à travers de sa rencontre avec la jeune Itsuki. Le contraste peut sembler fort mais le mangaka a su respecter le personnage un minimum pour conserver la cohésion de sa personnalité. J'ai trouvé également intéressant qu'on nous présente Ieyasu Tokugawa et Ishida Mitsunari lorsqu'ils se battaient encore sous le même étendard, leur relation et différends sont introduits pour mieux comprendre les événements qui suivront. Les psychologies ne sont pas non plus très profondes et poussées, mais elles suffisent à rendre les personnages sympathiques. Ayant pas mal joué à Sengoku Basara Samurai Heroes, je connais déjà l'issue de ce manga qui semble respecter la trame narrative du jeu malgré les quelques différences donc le suspense n'est pas de mise pour ma part mais cela ne m'a pas empêchée de prendre plaisir à lire. J'espère que le scenario sera cependant plus lié par la suite car pour le moment, on nous juxtapose la présentation des protagonistes sans réel fil conducteur.
On retrouve aussi quelques clins d'oeil au jeu tels que certains figurants dans les armées (je reconnais notamment les géants armés de leur masse noire), des noms d'attaques des  personnages principaux, etc. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la saga Sengoku Basara, ce manga constitue un shonen simple, efficace avec des personnages au design pétulant. Le scenario étant simplifié, le manga est accessible à tous, même si les relations entre les personnages ne sont pas toujours expliquées (relevant d'événement antérieurs). Ce manga s'adresse quand même plus aux initiés.
Côté dessin, le manga se défend bien. L'auteur a très bien retrancrit l'univers du jeu vidéo en manga avec sa petite touche personnelle. Seul reproche niveau fidélité, l'auteur n'a pas dessin le trellis sur les vêtements de Sasuke Sarutobi ^^. Les pages sont très dynamiques malgré quelques compositions de planches qui pourraient être plus impressionnantes encore. De temps à autres, j'ai trouvé les visages pas super bien faits. Enfin, tout cela reste de l'ordre du détail. 

Sans la sublimer, ce manga Sengoku Basara Samurai Heroes - Roar of the Dragon fait honneur à la saga et en prodigue une vision légèrement variante. Recommandé surtout pour les fans de la saga Sengoku Basara, mais également appréciable par les autres lecteurs de Shônen.  

Hanoko, un tome lu, le 27/12/2012

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici