Cyber Planet 1999 Hyper Run

Cyber Planet 1999 Hyper Run

Titre original: 
Cyber Planet 1999 Hyper Run
Auteur(s): 
Genre: 
Magical Girls, humour, romance, action
Éditeur original: 
Kadokawa Shoten
Éditeur français: 
Tonkam
Date de sortie originale: 
1996
Date de sortie en France: 
2002
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
4
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
182
Prix: 
7,35€
Rythme de parution: 
Terminé

Avis

"Reine de l'Espace, rien que ça ! Encore un shôjo magical girls qui promet !
L'histoire est relativement bateau : une gamine banale au destin peu banal qui prend les armes magiques pour défendre la Justice et la Vie. En l'occurrence, notre héroïne de 14 ans est la Reine de l'Espace et porte secours aux humains en détresse (genre une petite fille qui s'est faite voler des bonbons par deux extra-terrestres... Si si) vêtue d'une armure étincelante façon Sentaï. Accessoirement, son grand-père scientifique, qui a un rôle capital dans cette histoire de règne sur l'Espace, lui coud des costumes plus féminins et très sexy façon magical girls. Dans le genre grand-père pervers lolicon, on fait pas mieux. Notons enfin la présence incontournable de la mascotte kawaii-clownesque qui ne sert à rien mais qui doit être là.
Les personnages sont peu originaux dans leur ensemble. Run est l'héroïne basique de ce type de manga, et ses amis également. On retrouve bien sûr le mystérieux chevalier servant qui va l'aider aux moments les plus critiques, plein de personnages à la double identité, le tout pour donner une espèce de maelström difficile à suivre.
Car l'histoire de Hyper Run n'est pas évidente à suivre. ça part un peu dans tous les sens et les intrigues s'emmêlent. On a certes l'histoire de Run, mais aussi celle de ses amis jumeaux, celle du mystérieux chevalier servant et ses acolytes, celle des méchants... J'en perds un peu mon latin. Pour des petites filles, public visé, cela risque d'être un peu compliqué.
Si certains aspects du manga ne sont finalement pas trop axés gamines prépubertaires, on retrouve les classiques soucis des jeunes filles de cet âge, que ce soit d'un point de vue amoureux, amical ou familial. C'trop dur la vie quoi.
L'humour est assez présent dans le titre. C'est un humour enfantin, potache, plus visuel qu'autre chose.
Le coup de crayon n'a pas vieilli malgré ses quelques 16 ans d'âge. On dirait du Clamp en moins travaillé. En somme, c'est plutôt joli, très girly, avec son lot d'effets floraux et de paillettes et ses garçons efféminés.  

En gros, vous l'aurez compris, ce manga ne m'a pas conquise." 

DDG, le 12/11/12, un tome lu.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici