Contre François Jullien

Contre François Jullien

Titre original: 
Contre François Jullien
Pays d'origine: 
France, Chine
Éditeur français: 
Allia
Date de sortie en France: 
2006
Nombre d'éditions en France: 
1
Nombre de pages: 
126
Prix: 
6,10€

Avis

"Cela faisait plusieurs années que Contre François Jullien m'avait été offert et traînait sur mes étagères. Ces dernières semaines, comme j'ai pu mettre mon nez dans les oeuvres du monsieur incriminé, je me suis dit dit qu'il était temps de lire les critiques.  

L'aspect central dénoncé c'est le "mythe de l'altérité de la Chine", la Chine serait un "un monde complètement différent du nôtre". Billeter va s'efforcer de montrer (et il le fait bien) qu'il y a bien plus de points de convergence entre la Chine et l'Europe qu'on ne le pense, mais que volontairement tout a été fait en Chine, et dans la relation entre la Chine et l'extérieur, pour masquer son véritable visage : humain, trop humain

Billeter montre de façon assez simple que François Jullien s'appuie sur des courants de pensée chinois bien particuliers, pour les élever au rang de "pensée chinoise", en occultant tout le reste. Jullien ne contextualise pas les auteurs qu'il utilise, ne montre pas leurs limites, "leurs ambitions inavouées". Et Billeter de préciser que cette "culture chinoise", c'est en fait la culture de la classe dominante, une culture qui sert à justifier la tyrannie. Au long des siècles, ces penseurs ont essayé d'inculquer que "chacun doit être à sa place", qu'il fallait respecter la piété filiale, autrement dit ne rien changer à l'ordre des choses.  

D'autre part Billeter montre que Jullien s'empêtre dans ses propres présupposés : par exemple pour Jullien, que les chinois pensent à la démocratie est impossible, puisqu'il s'agit d'une société tout autre.  

L'auteur souligne enfin que Jullien s'enorgueillit de la bonne réception de ses traités sur "l'efficacité" par les chefs d'entreprises et managers français. A cela rien de surprenant : les chefs d'entreprises d'aujourd'hui, c'est un peu le seigneurs féodaux d'autrefois... 

Ci et là, c'est aussi une critique de la pensée post-moderne qui est visée, cette pensée pour laquelle seule compte la beauté de la réflexion, mais qui ne vise aucunement la vérité encore moins la transformation de la société. Afin de réaliser cette opération, des auteurs comme François Jullien vont chercher des justifications dans cette construction mythique chinoise. Dans une plus large mesure Billeter plaide pour que les intellectuels arrêtent de se cacher derrière leur petit doigt et qu'ils réinvestissent l'espace public. Il plaide également pour que l'on ne voit pas seulement les différences, mais les points communs propres à toute expérience humaine. 

Un texte fort stimulant !" 

Docteur Spider, 12/09/10

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici