Main d'Horus (La)

Main d'Horus (La)

Titre original: 
Horus No Te
Auteur(s): 
Genre: 
Tranche de vie, suspense
Éditeur original: 
Nihon Bungeisha (prépublié dans Manga Goraku)
Éditeur français: 
Komikku
Date de sortie originale: 
2011
Date de sortie en France: 
2014 (le 15 mai)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,90€
Rythme de parution: 
Bimestriel

Avis

Du manga sur la médecine en veux-tu ? En voilà ! Un titre de plus débarque en France pour nous retranscrire les situations extrêmes d'hôpitaux et d'urgences, voyons voir ce qu'il a à nous proposer. 

Nous suivons le quotidien de Jûzaburô Kujô, chirurgien de moeurs légères mais au talent exceptionnel et à la ténacité sans faille. Il enchaîne opération corsée sur opération corsée sans jamais faillir. Non seulement il multiplie les prouesses chirurgicales mais il maintient la cohésion et la motivation de son équipe et il s'oppose à ses supérieurs qui ne pensent qu'à la réputation de leur établissement.
L'originalité du manga réside dans la mise en scène des opérations chirurgicales. L'auteur a voulu donner ici une dimension spectaculaire aux opérations effectuées en jouant énormément sur les effets de vitesse. Beaucoup de plans prennent toute une page voire une double page, chose souvent réservée aux mangas d'actions. Cela rend le manga, a priori banal, très fun à lire. On ne manquera pas d'ailleurs de remarquer que la couverture très rouge et très dark nous laisse présager de quelque chose de très gore et sombre tel un Berserk. Tout cela est rendu possible grâce aussi à une très bonne qualité de dessin de la part de Monsieur Seki Tatsuya.
Heureusement qu'il y a ça, parce privé de cette caractéristique, le manga semble bien pauvre pour le moment. En effet, le scenario est très simpliste sans véritable intrigue, il se limite à une succession de différentes opérations où notre héros, assisté de son équipe, redouble d'ardeur pour sauver la vie de ses patients.
D'autant que l'on retrouve une grande quantité de clichés avec un héros un peu trop parfait. Le héros est un médecin prêt à tout pour la vie de ses patients. L'équipe n'est constituée que d'individus jeunes beaux et motivés et les assistants du héros ne sont clairement que des faire-valoir. Le directeur, seul vieux croulant de l'affaire, ne porte même pas de chemise de docteur et ne pense qu'à la gloire de son établissement (le parfait trou d'** richard en somme).
On appréciera l'érudition du manga via tous les termes médicaux employés. Je n'ai aucune idée de la véracité des mots cités, mais cela me semble crédible et cela démontre d'un important travail de documentation de la part de l'auteur. Toutefois cette démonstration de connaissance ne peut constitue pas un intérêt en lui-même au manga.
Les quelques moments d'humour pourrait nous faire croire que Kujô et Tachibana sont des Ryo Saeba et Kaori (City Hunter (Nicky Larson)) de la médecine mais les blagues sont bien discrètes et peu créatives. Toutefois, il est plutôt rare qu'un manga parlant de médecine ait un côté humoristique. S'il était davantage travaillé, cela pourrait donner quelque chose de plus original.

Des qualités donc sur La Main d'Horus, mais il n'est pas très inspiré globalement. Cela dit, il prépare peut-être le terrain pour quelque chose de bien plus percutant à venir. À lire quand même.
 

Hanoko, un tome lu, le 16/06/2014

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici