In the End

In the End

Titre original: 
In the End
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Allemagne
Genre: 
Yaoi, romance
Éditeur original: 
Tokyopop
Éditeur français: 
Taifu
Date de sortie originale: 
2006
Date de sortie en France: 
2009
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
8,95€

Avis

Le Yaoi a vraiment la cote en ce moment, on le voit bien avec la publication de ce yaoi de plus aux éditions Taïfu. Cette publication permet aussi de voir qu'à l'étranger, le genre du yaoi se fait aussi sa place parmi les émules du manga. L'Allemagne répond présent encore une fois avec ce manga, In the end. Voyons voir ce que nous avons là. 

J'avais vu la couverture en magasin qui était très aguichante de par le style visu ou emo j'en sais rien, qui est très à la mode, ensuite par un dessin qui avait l'air de très bonne facture. J'ai feuilleté le manga qui semblait à la hauteur de sa couverture, alors je me suis lancée dans sa lecture.
Quand est-il alors de l'histoire? Eh bien, c'est mitigé. Le héros est en pleine crise d'adolescence et se referme tout seul sur lui-même alors qu'il a des portes ouvertes. Il fait l'autruche au lieu de chercher des solutions à ses problèmes. Il se trouve en proie à un malaise qu'il se créer un peu tout seul. Dans le manga, on ne voit pas trop pourquoi il est si froid et solitaire, on le prend comme un postulat de commencement du manga. De ce fait, l'histoire paraît un peu bancale car elle n'est pas très crédible ou alors on se dit "le petit se rebelle gratuitement comme le font beaucoup d'ados" et on tombe alors dans l'anecdotique.
C'est la relation de Kaito avec Ren qui relance un peu l'intérêt du manga. Au début, on a l'impression que l'attirance de Ren pour Kaito tombe un peu du ciel mais par la suite, on voit que ce n'est pas la première fois qu'il est attiré par ses élèves. Donc on comprend un peu comment il a pu être intéressé par ce lycéen en mal d'amour flagrant.
Cependant, j'ai trouvé la fin du manga un peu trop exagérée. C'est bien de vouloir faire des conclusions poignantes mais faut que cela reste un peu crédible. Je ne vous en dis pas plus vous vous en rendrez compte vous même en lisant le manga. 

Ça nous fait donc un yaoi moyen, qui se démarque grâce à son style graphique de qualité mais qui n'est pas transcendant niveau scénario. À lire pour les aficionados du yaoi ou du style visu. Pour les autres c'est pas essentiel je pense. Mais on pourra au moins relever que la relation gay n'est pas le seul point développé dans le manga.

 

Hanoko, un tome lu, le premier Décembre 2009

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Commentaires

Portrait de dragon de givre

Même si j'aime pas le yaoi, jolie couverture !

Portrait de Hanoko

Elle est attrayante en effet ^^ 

Tu viens de poster le premier commentaire d'une fiche de la partie émules dis donc XD 

haha!

Vous êtes ici