Tendre voyou

Tendre voyou

Titre original: 
Warui Koto Shitai (ワルイコトシタイ)
Auteur(s): 
Genre: 
Boys'love, tranche de vie
Éditeur original: 
Houbunsha (prépublié dans Boys Capi! et Hanaoto )
Éditeur français: 
Taifu
Date de sortie originale: 
décembre 2006
Date de sortie en France: 
19 novembre 2019
Nombre de tomes: 
14 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
14
Nombre d'éditions en France: 
1 de poche
Traduction: 
Véronique Huchez
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
200
Prix: 
8,95€

Avis

À l’instar de pas mal de shojo, certains yaoi annoncent bien la couleur dès leur couverture. N’omettons pas non plus le titre qui en dit long sur la notion de voyou de l’autrice de ce manga ^^

 

Nous découvrons donc un gars, qui se teint les cheveux en blond et s’attire les foudres du conseil des élèves. Un jour, il fait la connaissance d’un camarade de lycée, qui présente très bien mais qui sera chaud lapin et qui ne passera pas quatre chemins.

Nous voilà complètement dans la pure romance, saupoudrée d’érotisme, et il faut le dire, c’est très niais. Notre héros, présenté en racaille, rougit à la moindre occasion et se révèle assez victime malgré les grands airs qu’il se donne. En dehors de ça, aucun personnage féminin, pas de parents présentés non plus, ce qui arrange bien l’affaire de nos héros. Les autres personnages gravitant autour d’eux sont plutôt sympathiques, mais on les cantonne à de simples rôles secondaires, pour lâcher quelques répliques par-ci par-là, ajouter une petite difficulté, mais pas plus. Quant aux divers courts chapitres qui peuplent les tomes présentant d’autres couples, je dois avouer que je n’ai pas plus accroché. Certes, ils proposent des ambiances différentes, parfois un peu plus dramatiques, mais c’est trop mielleux pour moi. L’humour est présent, sans pour autant vraiment amuser.

Le travail sur le dessin demeure pour sa part plutôt réussi. Si je trouve les couvertures assez laides, les planches rattrapent un peu ça. Même si on retrouve les anatomies un peu "bâton" et disproportionnées (membres et corps très allongés), le niveau reste correct. Comme ces autres histoires ont été aussi dessinés à divers moments de la carrière de la mangaka (pour certains), on peut voir aussi des nuances dans son style, ce qui varie un peu notre lecture visuelle.

 

La pluralité des duos de protagonistes dans ce manga aurait pu apporter un vrai plus, mais on se retrouve plus noyé qu’autre chose. Et puis trop sentimental pour moi.

 

Hanoko, deux tomes lus, le 13/09/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici