Kiyora Kage

Kiyora Kage

Titre original: 
Kiyora Kage (清ら影)
Auteur(s): 
Genre: 
Psychologique, drame, tranche de vie, romance, yuri
Éditeur original: 
Magazine Magazine (prépublié dans Yuri Shimai)
Éditeur français: 
inédit
Date de sortie originale: 
2003 (le 28 juin)
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
24

Avis

L'adolescence est unanimement vue la période la plus tumultueuse émotionnellement. On prend pleine conscience de l'image qu'on renvoie aux autres, on se rend compte de sentiments enfouis en soi, on se pose et une question et on peut même penser à sa propre mort. C'est le cas d'une lycéenne japonaise qui voudrait mettre fin à ses jours. 

Ce court manga peut sembler banal sur le papier, mais le traitement des personnages demeure très réussi. On n'est pas vraiment dans le pathos, ce ne sont pas des personnages qui cumulent tout le malheur du monde (du moins, leur entourage n'est pas décrit). Mais c'est un moment de la vie où tout se bouscule dans la tête et certains peuvent en arriver à se demander, à quoi bon? Kiyora Kage illustre cette mentalité sur fond de romance aussi, car les deux héroïnes développent des sentiments autres que l'amitié l'une pour l'autre.
Comme souvent dans les yuri, tout est fait dans la douceur, la poésie, voire la mélancolie. L'ambiance de Kiyora Kage se situe dans cette tendance et marche assez bien. J'aurais aimé que l'auteure nous en dise plus sur ces deux jeunes filles, mais le mystère fait aussi partie de charme du manga. L'autre élément bien sûr indispensable demeure la qualité des dessins. Et elle est au rendez-vous. Kahori Onozuka a un très beau trait, dans lequel on décèle sans mal l'influence de Mari Okazaki (sur BX par exemple). La composition des pages est parfaitement équilibrée entre les personnages et leur environnement. En bonus, quelques pages couleurs simple et belles. 

Dans Kiyora Kage, l'auteure en dit mais juste ce qu'il faut pour nous intriguer sur ses deux héroïnes parlant de mort. Mais point de déprime, je vous rassure. 

Hanoko, le 06/07/2017

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici