Trisagion - Artisans of the Traitor's Gate

Trisagion - Artisans of the Traitor's Gate

Titre original: 
Rengoku no Trisagion - Artisans of the Traitor's Gate
Genre: 
Aventure, fantastique, action
Éditeur original: 
Kadokawa
Éditeur français: 
Doki-Doki
Date de sortie originale: 
2015
Date de sortie en France: 
2017
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3 (terminé)
Nombre d'éditions en France: 
1, simple
Traduction: 
Thibaud Desbief
Couverture: 
Souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Rythme de parution: 
192 pages

Avis

"Un manga à côté duquel je suis passée.

L'histoire se déroule au 19ème siècle et mêle magie et "nouvelles" technologies ; le côté steampunk qui en ressortait me plaisait bien au départ. Hélas, je trouve le scenario très banal : un héros orphelin super fort entrant dans une quête ultime pour sauver le monde de la destruction en compagnie d'autres chasseurs du genre, la rencontre assez rapide avec un "super boss"... Pas de quoi faire vibrer la corde de l'originalité. D'autant que les personnages sont assez bateau ; aucun n'a su m'accrocher pour le moment, même pas le héros, archétype du gars qui cache bien son jeu mais qui a tout du prince sur son cheval blanc.

Par ailleurs, le manga ne se paye pas le luxe d'être clair dans son dessin. Beaucoup de cases sont floues, je ne suis même pas sûre d'avoir pu identifier certaines choses. Les scènes de combat sont mal fichues à mon sens. Après, le chara-design est sympa sans plus, les traits sont fins et parfois inexistants, donnant souvent des personnages sans nez, etc. Le design des monstres me plaît davantage sans m'en mettre plein la vue.

Une chose m'a marquée dans ce manga : les personnages passent leur temps à parler en combat pour expliquer ce qu'ils font, d'où ils viennent et pourquoi. C'est certes un défaut classique des séries, films, et compagnie, mais là, ça saute aux yeux et tourne un peu le titre en ridicule.

Bref, il s'agit d'un shonen tout à fait banal où l'idée du steampunk aurait pu être mieux exploitée.

PS : Par hasard, j'ai découvert que le Trisagion existait vraiment, à ceci près que ce n'est pas une organisation d'agents combattant les forces démoniaques, mais une série d'invocations dans l'Eglise Orthodoxe... Il est vrai que le manga propose régulièrement des points d'ancrage dans le monde réel : villes, personnalités connues (Edison, Tolstoï...)... Hélas, cela ne le sauve pas du naufrage.

DDG, le 15/02/19, un tome lu.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici