Soul Eater

Titre original: 
Soul Eater
Auteur(s): 
Genre: 
Action, fantastique, humour
Éditeur original: 
Square Enix
Éditeur français: 
Kurokawa
Date de sortie originale: 
2004
Date de sortie en France: 
2009
Nombre de tomes: 
25 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
25
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
190
Prix: 
6,50€
Rythme de parution: 
Terminé (Irrégulier)

Résumé des tomes

Avis

"Deuxième manga préféré de ma soeur, je me suis mise à les lire par curiosité. Comme je m'en doutais, ça ressemble beaucoup à D. Gray-Man, son premier manga préféré, mais en bien mieux. Parlons-en donc.
Graphiquement, c'est assez spécial. Les traits sont plutôt fins, comme dans D. Gray-Man ou Princesse Résurrection mais le chara-design est beaucoup plus original. En effet, tous les personnages (je dis bien tous) se targuent d'avoir un côté unique, que ce soit physiquement ou moralement. En particulier, la sorcière Medusa a grave la classe tandis que Shinigami dépote de décalage quant à son rôle. Par contre, je ne trouve pas l'anatomie hyper soignée. C'est sympa mais pas magnifique quoi. Soulignons enfin que le manga, dont le public visé est masculin, a son lot d'ecchi camouflé. Nombreuses sont les filles à forte poitrine et les scènes de petites culottes. Cependant, ça reste dans le ton léger de la série et au final, c'est appréciable.
Niveau histoire maintenant. En voilà quelque chose d'original ! Des armes humaines associées à des gamins surpuissants, des personnages hilarants, une histoire qui nous trimballe en toute impunité... Bref, c'est réussi. Pour revenir aux personnages, ils font tout le côté humoristique de la série. En effet, comment ne pas tomber sur des scènes cocasses avec un Shinigami Junior en proie à une manie de la symétrie invivable ou encore un assassin narcissique au possible ? Et c'est sans compter tout ce qui gravite autour, mais je vous laisse le découvrir. L'auteur use en toute simplicité de références historiques (Jack L'éventreur est la première) et sait manier le dialogue pour nous faire rire. J'ai éclaté de rire en lisant un "Comment t'es trop moche" balancé dans un moment capital ! Bref, c'est vraiment drôle. Notons aussi que les moments d'émotions sont courants, preuve qu'une histoire basée sur l'humour peut aussi être profonde. Sans oublier que l'auteur semble gérer son univers, ses personnages et sa trame ! 

En gros, un manga fort sympa qu'il faut suivre si on aime l'humour et le fantastique." 

Dragon de Givre, le 06/06/09, 3 tomes lus.

 

"Soul Eater commence par l'échec de plusieurs duo dans leur ultime mission : récupérer 99 âmes humaine + 1 de sorcière. Ils doivent donc suivre des cours de rattrapage à leur école. C'est le prétexte pour remplir des missions de défense de l'école contre les forces hostiles qui rôdent autour.
La particularités de nos héros gaffeurs, c'est que ces humains ou ces soul qui ont un énorme égo, de grosses névroses, ce qui leur fait rater leur mission.
On retrouve pleins de référence à la culture classique et pop : Al Capone, Toshiro Mifune, les tontons flingueurs (ça doit être un trip des traducteurs), Edgard, Black Jack... mais aussi des décors à la Tim Burton (le soleil et la lune sont inquiétants).
Globalement, le design est recherché, les situations, ennemis, pouvoirs sont très imaginatifs. 

C'est sympa, mais j'ai du mal à rentrer dans le délire, ça reste trop collégien (dans l'esprit et dans le style graphique)." 

Docteur Spider, 2 tomes lus, 06/12/11

 

Soul Eater, un Shônen au succès croissant depuis plusieurs années. Un titre que je n'avais pas encore eu l'occasion de lire. Eh bien voilà chose faite et les cinq premiers volumes d'un coup. Mon avis sera à mi-chemin entre les deux déjà formulés précédemment. 

J'ai eu beaucoup de mal à vraiment accrocher. Le début est simplement une introduction des personnages principaux, avec un scenario assez infime. Tout était centré sur l'action et la comédie. J'ai toujours eu du mal avec des manga pûrement comiques car si on n'est pas à fond dans l'humour, on décroche complètement. L'auteur en profite pour présenter aussi son univers. Mais le tout me semblait léger sur les deux premiers volumes. D'ailleurs, dans les bonus, l'auteur nous révèle qu'il écrit son manga au gré de l'instant présent, sans trop savoir de quoi sera faite la suite. Ce n'est pas un mal, mais on sent qu'au début, ça manque de consistance. Cependant j'ai préféré poursuivre car il y a quand même de bons éléments mis en place.
Le système de meister et d'armes, de résonance des âmes est plutôt cool et stimulant pour l'imagination. Cependant, il rappelle beaucoup les adilraid d'Elemental Gerad, ressemblance fortuite ou inspiration? Who knows. Par ailleurs, les protagonistes introduits sont tout de même très sympas et complètement barjo. On riait bien et on reste curieux de voir comment ils s'en sortiront dans des situations plus sérieuses.
La suite de Soul Eater monte en puissance, l'histoire reste plus simple mais l'antagoniste, la sorcière Medusa et ses complices, passe vite à l'action, donc on se laisse porter par le récit. J'aime beaucoup le fait que chaque personnage soit autant mis en scène les uns que les autres, ça dynamise beaucoup le manga et ça rattrape le soucis du scenario un peu trop léger. Ils sont tous complètement déjantés, chacun avec son style. Je regrette seulement que l'héroïne Maka soit trop normale par rapport aux autres, elle semble un peu terne. Mais au moins elle se bouge, donc à défaut de m'emballer, elle n'irrite pas ^^. À noter aussi que sa tenue fait beaucoup penser à une bonne petite élève de l'école Poudlard ;o
Niveau dessin, je rejoins l'avis de Doc sur l'aspect "collégien", je trouve que le dessin est trop simplifié. On voit que l'auteur s'éclate, ce qui est un point positif mais je ne suis pas fan de ce style qui laisse un peu une impression d'à la va-vite. En revanche, les illustrations de chapitres sont bien plus sympas et stylées, me rappelant agréablement certaines oeuvres de OSADA Yuko. J'espère que Soul Eater se dirigera plus vers ça. 

En somme, le début laisse vraiment une impression mitigée mais au fur et à mesure, ça grimpe, l'auteur développe mieux son histoire, les combats dépotent, l'humour prend de plus en plus. Bref la qualité va croissante. Un bon Shônen! 

Hanoko, cinq tomes lus, début décembre 2011

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Soul Eater / Soul Eater (Shōnen)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici