Route End

Route End

Titre original: 
Route End (ルートエンド)
Auteur(s): 
Genre: 
polar, tranche de vie, mystère, psychologique
Éditeur original: 
Shueisha (prépublié dans Shonen Jump +)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2017
Date de sortie en France: 
7 juin 2018
Nombre de tomes: 
4 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
3 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,90€
Rythme de parution: 
bimestriel

Résumé des tomes

Avis

Des mangas policiers sur des affaires parlant de tueurs en série, avec un mode opératoire particulier, qui joue avec la police, qui laisse le mystère planer sur le choix des victimes... il y en a à la pelle. Mais une telle histoire du point de vue des nettoyeurs chargés de retirer les cadavres de meurtres après les inspections par la police? Voilà qui change la donne. 

Le premier tome nous permet de découvrir ce quotidien pas banal d'un homme qui doit traiter les logements dans lequel les macchabées se trouvaient afin de les rendre à nouveau utilisables. J'étais très loin de m'imaginer qu'il puisse exister des sociétés spécialisées en ce genre de service, croyant plutôt que c'était une branche de la police qui s'occupait de ça. À moins que ce type d'entreprise demeure purement fictif, inventé dans ce manga ^^.
Plus que le suspense, la premier commence avec la présentation de la vie du héros, dont les missions au quotidien l'amène à considérer la vie et la mort d'une manière assez particulière. Le manga développe donc quelques psychologie intéressantes, qui donnent envie d'en lire plus malgré l'ambiance funeste. Parallèlement se dessine l'enquête policière concernant le tueur en série qui laisse des cadavres en morceaux. Naturellement, notre héros sera amené à passer derrière tout ça et son histoire finira par se trouver mêlée à cette affaire, au contact notamment d'Igarashi, une inspectrice de police.
En revanche, je serai moins enthousiaste quand aux dessins. Dans l'ensemble le dessin est moyen, l'auteur manque clairement de maîtrise. Les visages sont parfois moches, les poses pas très bien faites, les décors faits un peu à la va-vite. L'auteur est encore débutant sur ce manga mais j'espère que la suite s'affinera. Ça ne nuit pas au récit heureusement, mais on ne prend pas spécialement de plaisir à regarder les pages. 

Route End propose un début intéressant qui devrait interpeler les fans d'enquêtes policières. 

Hanoko, un tome lu le 28/06/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici