Princess Lucia

Princess Lucia

Titre original: 
Princess Lucia (プリンセス・ルシア)
Auteur(s): 
Genre: 
Humour, fantastique, ecchi, romance
Éditeur original: 
Mag Garden
Éditeur français: 
Soleil manga
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
2012 (le 8 février)
Nombre de tomes: 
5 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
5
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,99€
Rythme de parution: 
Selon parution japonaise

Avis

Yuta, simple humain allant au collège, reçoit un jour la visite inopinée d'une démone et pas n'importe laquelle, la princesse des démons. Cette dernière lui fait la plus saugrenue des réclamations: qu'ils s'accouplent! Non non, nous ne sommes pas dans Viper GTS, Lucia n'est pas une prostituée des ténèbres. Notre princesse veut avoir un enfant de Yuta, rien que ça! Une légende ancestrale se transmet de génération en génération parmi les démons: si un démon a un enfant d'un humain né le 6 juin à 6:06 et 6 secondes de l'an 6 de l'ère heisei, le bébé possèdera des pouvoirs tels qu'il pourra régner sur le monde. Incitée par son père, Lucia tente d'obtenir un enfant de Yuta mais ce dernier refuse d'être père alors qu'il n'a que treize ans. Lucia ne se décourage pas et va insister auprès de lui tandis que lui va la considérer seulement en amie. Viennent s'ajouter à l'intrigue deux anges missionées d'empêcher Lucia d'avoir un enfants de Yuta pour éviter que le monde ne tombe sous la domination des démons. Ainsi s'enchaînent diverses situations cocasses où Lucia cherche à tout prix à faire l'amour avec Yuta tandis que les deux anges essayent de l'éloigner. Entre farces et mésaventures, les personnages apprennent à mieux se connaître et à se comprendre les uns les autres.
L'humour repose surtout sur le genre pantsu et ecchi, les filles se retrouvent souvent nues à cause d'abus de leurs propres pouvoirs magiques respectifs. C'est amusant cinq minutes mais cela lasse très vite. D'autant que niveau scenario, ça ne va pas chercher bien loin. Même si l'idée de départ est plutôt fun, le manga tombe donc dans un genre humouristico-coquin déjà brassé à gogo dans de nombreuses séries, sans rien apporter de bien original. Pour ne rien arranger, Princess Lucia comporte également pas mal de clichés, entre la personnalités des personnages ( l'ingénue désinvolte, la bienveillante calme, la garçonne) et l'opposition ange démon où les rôles semblent presque inversés et d'autres. Par ailleurs, tout s'enchaîne trop rapidement, on n'a pas le temps de s'attacher aux personnages et les scènes mériteraient plus de développement. C'est en partie pour cela que le héros Yuta paraît complètement fade, on n'arrive pas à accrocher.
Niveau dessins, c'est assez bon dans l'ensemble mais je trouve le style de l'auteur un peu trop commun et le character design pas très recherché, ce qui confirme plus ou moins mon impression générale sur le manga. 

Il en résulte un manga moyen qui n'a rien de plus qu'un autre. Ce titre n'est pas mauvais mais il ne marquera pas les esprits. 

Hanoko, un tome lu, début mars 2012

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici