Marie & Elie - Alchimistes de Salburg

Marie & Elie - Alchimistes de Salburg

Titre original: 
Marie & Elie
Auteur(s): 
Genre: 
Aventure, action, fantastique, humour
Éditeur original: 
Enterbrain
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2001
Date de sortie en France: 
2005
Nombre de tomes: 
5 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
5
Nombre d'éditions en France: 
1 simple (arrêtée)
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Prix: 
6,50€

Avis

Commençons par analyser le dessin, pour une fois. Le trait paraît un peu vieillot, mais j'apprécie cet aspect rond et tramé à outrance. De fait, il me semble plutôt original et n'est pas sans me rappeler d'autres rares titres dont le nom m'échappe à l'heure où j'écris cet avis. Le chara-design est intéressant, j'aime bien le côté médiéval-fantastique qui sied évidemment au thème de l'alchimie. Les yeux des personnages sont particulièrement expressifs, avec une brillance bien retranscrite. La mise en scène et en page est sympa, judicieuse. Le tramé massif donne par contre, ponctuellement, un côté brouillon aux décors. On s'y retrouve toutefois très bien et cela n'entache en rien l'harmonie des pages.
Passons maintenant à un point très important de ce manga : il s'agit d'une adaptation de deux jeux vidéo sortis en 2000 et 2001 au Japon uniquement, nommés Salburg no Renkinjutsushi 1 & 2, sur Dreamcast et PS2. En fait, ce côté vidéoludique se ressent très bien à la lecture. L'histoire nous présente deux jeunes alchimistes qui ouvrent leur atelier et qui aident les habitants de leur ville. Ainsi, elles récupèrent des ingrédients, créent des potions et autres objets magiques, acceptent des commandes et les honorent, initient des lutins à leur travail... Bref, on sent très bien tout ce qu'on peut faire dans le jeu vidéo à l'origine du manga. Pour le coup, j'ai pas mal retrouvé ce que j'apprécie dans Atelier Annie : Alchemists of Sera Island.
Hélas, je pense que ce côté très jeu vidéo donne au manga un côté passif marqué, plus que dans des histoires non adaptées d'un autre support. On sent bien qu'on pourrait s'impliquer plus dans la vie des héroïnes, mais le papier nous en empêche. C'est un peu dommage, d'autant que je sens venir le côté redondant de leurs aventures, à l'instar d'un jeu vidéo d'alchimie (bien que ce côté ne gêne pas dans le jeu vidéo puisque cela fait partie intégrante du game-play).
Beaucoup d'humour dans ce manga. Nos deux alchimistes sont de sacrés personnages, loin des stéréotypes du genre féminin. Elles picolent comme des trous, s'endorment parfois au boulot, sont un poil irresponsables... Mais elles restent dévouées, amoureuses de leur travail et soucieuses de toujours rendre service. Les situations cocasses sont fréquentes et agrémentent bien le côté monotone de la vie d'alchimiste. De plus, on sent quelques mystères poindre le bout de leur nez, notamment concernant Marie qui semble être exceptionnellement douée malgré son air désinvolte. De même, la troisième alchimiste, un peu en retrait, devrait pouvoir nous apporter quelque chose de fun. Enfin, les lutins restent intéressants dans leur quête d'apprentissage.
Bref, c'est un bon manga mais je pense que je préfèrerais jouer aux jeux vidéo. 

DDG, le 06/09/2013, un tome lu.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici