Madara

Madara

Titre original: 
Mouryou Senki Madara
Genre: 
Aventure, action
Éditeur original: 
Kadokawa (prépublié dans Marukatsu Famicom)
Éditeur français: 
Glénat
Date de sortie originale: 
1987
Date de sortie en France: 
2008
Nombre de tomes: 
5 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
5
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Français
Prix: 
6,9€

Avis

Voici donc un vieux shônen sorti en 1987 au Japon et presque 20 ans après en France. Chose originale dans le contexte des éditions depuis le nouveau millénaire, ce manga est publié dans le sens de lecture français. C'est un peu perturbant compte tenu de sa date de sortie française.
L'histoire nous plonge dans une quête épique de vengeance. Madara est un enfant exceptionnel à qui on a ponctionné sa puissance par crainte. Destiné à renverser l'empereur tyrannique du Kongo et à devenir le roi d'Agharta (sorte de Paradis), Madara va jouer des coudes et affronter de nombreuses créatures diaboliques. Il sera accompagné dans sa quête par son amie d'enfance Kirin, lui servant de catalyseur de puissance, et Hakumaru, un esprit multi-facettes.
Ce scenario reste très classique et typique des shônen de l'époque (Dragon Ball ou Hokuto no Ken - Fist of the North Star (Ken le survivant) par exemple, bien que Madara soit bien moins mythique). Ce n'est ni très profond, ni trop superficiel. En cinq tomes, il reste difficile de donner une véritable structure développée, à mon avis. La fin de la série est d'ailleurs assez frustrante. On a limite l'impression que l'auteur a été pressé pour boucler son manga.
L'univers est fantastique, plus post-apocalyptique qu'heroic-fantasy, dans le sens où la technologie est assez présente et où la dégaine des personnages et les décors font très meurtris. Après, ce point reste un détail. Concernant la technologie que je viens de citer, elle s'élabore sous la forme de prothèses bioniques que le tout à chacun possède. Madara possède un corps entier constitué de gimmicks et lui servent à combattre. Il utilise également la magie et une épée légendaire. Les scènes d'action sont légion, dynamiques et violentes. Le sang est présent et les discours sont parfois dignes d'un charretier. Mais ce n'est pas non plus prépondérant.
Graphiquement, ça a très mal vieilli, à mon avis. Autant les couvertures sont super classes, autant l'ensemble du manga est laid, voire informe. Le chara-design manque d'intérêt, le trait est parfois hésitant, limite bâclé. C'est un peu une habitude pour l'époque, vous me direz. C'est aussi ce qui fait son charme, peut-être. Pour en revenir aux couvertures, certaines pages en couleur sont également de ce même acabit. Cela me fait penser à la patte de l'auteur de MPD Psycho, ce qui est logique puisque c'est le dessinateur. Par contre, je ne comprend pas que l'ensemble du manga ne soit pas de la qualité des couvertures (ou des autres titres de ce mangaka).  

En bref, un shônen vieillot, sympathique, sans plus.  

DDG, le Lundi 19 Mars 2012

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Commentaires

Portrait de Hanoko

Ce manga datant de 1987, l'auteur devait en être à ses débuts, d'où un dessin plus maladroit que pour MPD psycho
Et puis pour les couvertures, on prend plus de temps pour soigner alors que les planches, faut speeder...

Ninja Gaiden power :D

Portrait de Docteur Spider

ou les couvertures ont été refaites récemment...

"Les hommes ont une femme, mais les femmes n'en ont pas." Proverbe féministe

Portrait de dragon de givre

Je ne m'étais pas posée la question... Mais il me semble que les couvertures originales sont identiques.

Vous êtes ici