Iron hammer against the witch

Iron hammer against the witch

Titre original: 
Majo ni Ataeru Tettsui (魔女に与える鉄鎚) - Iron hammer against the witch
Genre: 
Fantastique, horreur, action, drame, aventure, humour
Éditeur original: 
Square Enix (prépublié dans Gangan Joker)
Éditeur français: 
Delcourt-Tonkam (collection Young)
Date de sortie originale: 
2014
Date de sortie en France: 
7 novembre 2018
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Traducteur: 
Benjamin Moro
Couverture: 
souple + jaquette toilée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,99€

Avis

La chasse aux sorcières. Une sombre part de l’histoire de l’Europe, où de nombreuses femmes furent massacrées injustement… Et si on en faisait un manga d’action comique?

 

Iron Hammer and the Witch commence de manière incertaine concernant le ton voulu. On découvre l’horrible exécution d’une jeune fille qui, après avoir subi moult tortures, dit contre sa volonté être une sorcière pour faire cesser ses tourments. Alors qu’elle va être châtiée en place publique, une autre sorcière déboule pour mettre fin à la chose. Non pas tout à fait pour sauver la condamnée, mais tous les autres présents! En effet, poussée à l’extrême désespoir et souffrance, la jeune fille devient elle-même une sorcière, capable d’utiliser sur les autres l’outil de torture qui l’a fait le plus souffrir. Notre héroïne va donc s’atteler à empêcher cette nouvelle sorcière de poursuivre son carnage. Ensuite, on découvre un peu plus sur l’univers du manga et après, cela devient une grosse comédie où les personnages se trucident allègrement, avec une collection d’outils de torture et où la mort semble toute relative pour certains.

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans ce manga, qui a pas mal oscillé entre sérieux et fantaisie, mais le concept est assez drôle outre la violence induite. Chaque sorcière possède son pouvoir à elle issu de son supplice et fait preuve d’un grand détachement quand à son propre sort. La mort, ça leur connaît, pas de quoi paniquer! De plus, la vision de la religion dans ce manga est assez renversante puisque que la dévotion y est décrite comme un procédé secrètement généré par le démon Asmodée pour pousser les humains à s’entretuer. Une idée plutôt fun (en espérant que cela ne froissera pas trop les croyants... ou alors si puisque le manga se veut provocateur ), qui donne lieu à une aventure assez originale. Pour le moment niveau personnages, je ne me suis pas encore attachée à eux, mais ils ont quelques répliques sympa.

Tout comme l’ambiance du manga, le dessin est assez punchy, typiquement shonen d’action, avec des personnages aux tenues un peu farfelues (et sexy pour le fanservice). Au début, le style ne semble pas correspondre car le manga aborde des thématiques graves, mais une fois la ligne conductrice révélée, on ne sent plus de décalage. La qualité du dessin n’est pas extraordinaire, mais le niveau n’est pas mauvais.

 

Une entrée en matière un peu incertaine pour ce manga, mais la formule se révèle amusante au finale. À lire toutefois au second degré et avec les nerfs un peu accrochés tout de même.

 

Hanoko, tome un lu le 15/11/2018

Wallpapers

Vous êtes ici