I love you, SO I KILL YOU.

I love you, SO I KILL YOU.

Titre original: 
Konya wa Tsuki ga Kirei Desu ga, Toriaezu Shine - I Love you so I kill you
Genre: 
Tranche de vie, horreur, drame, romance, fantastique
Éditeur original: 
Kodansha (Shounen Magazine R)
Éditeur français: 
Soleil manga (collection seinen)
Date de sortie originale: 
2015
Date de sortie en France: 
2018 (le 24 janvier)
Nombre de tomes: 
8 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
5 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
176
Prix: 
7,99€

Avis

L'amour réveille bien des pulsions en ceux qui l'éprouvent et suppose prédisposer créer la vie. Mais qu'arriverait-il si jamais un virus venait inverser cette finalité? C'est ce que subit un lycéen, qu'un mal inconnu pousse à vouloir tuer, voire massacrer la fille qu'il aime. 

Le concept présente quelque chose de très cruel. Notre héros, encore conscient de ses actes, fait tout pour s'empêcher de commettre l'irréparable, mais comme il le démange de pouvoir déchiqueter cette élue de son cœur. On suit donc ses énormes conflits intérieurs et ses peines à réprimer ses pulsions. Il n'est toutefois pas le seul et il découvre que ses pulsions meurtrières accroissent anormalement ses capacités physiques. Le manga se lit bien, sans nous faire vraiment frissonner, il arrive à nous surprendre par ses mises en scènes par moment assez percutantes. Elles sont rendues possibles par le dessin de très bonne facture de Sousou Sakakibara. À la fois propres et sales, les pages enchaînent parfaitement les scènes du quotidien et les instants de violence, parfois avec une sacrée ironie. Les personnages sont très banals pour le moment, on attend de voir comment ils vont évoluer dans cette nouvelle vie bouleversée.
De plus, le manga ne donnerait-il pas à sa façon une manière d'expliquer des meurtres horribles et incompréhensibles dont on entend parler dans les faits? Les criminels sont-ils seulement des fous furieux sanguinaires ou bien une raison maladive le dépassant les pousserait à commettre leurs atrocités? 

On attend bien sûr de découvrir l'origine de ce virus et l'ampleur du phénomène dans le pays ou delà, nous avons là un bon tome d'exposition. En espérant que la suite ne tombe pas dans la répétition. 

Hanoko, un tome lu, le 23/01/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici