Hero Tales

Hero Tales

Titre original: 
Jushin Enbu Hero Tales
Genre: 
Action, aventure
Éditeur original: 
Square Enix
Éditeur français: 
Kurokawa
Date de sortie originale: 
2007
Date de sortie en France: 
2007
Nombre de tomes: 
5 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
5
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Prix: 
7€

Avis

« Adapté de l'oeuvre chinoise de Huang Jin Zhou, ce shônen nous plonge dans une Chine féodale où démons et magie sont monnaie courante. Et qui d'autre pour nous proposer ce manga ? La mangaka mère du célèbre Fullmetal Alchemist. Rien que ce point est un argument de choc, à mon sens.
L'histoire commence en nous présentant des héros assez classiques au demeurant : Taitô est un gamin borné, téméraire, qui agit avant de réfléchir, avec entre ses mains un pouvoir impressionnant mais partiellement entravé et potentiellement mal maîtrisé. A son passage à l'âge adulte, signé par un rite de passage des plus musclés, il reçoit une épée emblématique, la Kenkaranbu. Il ne pourra l'utiliser que lorsqu'il s'en montrera digne. Hélas, les hommes de l'empereur la lui volent presque immédiatement. Taitô découvre alors qu'il a un destin singulier puisqu'il est une des sept étoiles qui règnent sur la voûte céleste. Je vous le donne en mille, il est la plus puissante. Avant de crier au spoil, sachez que ce point est abordé dès les dix premières pages et tient plus du fil rouge de l'histoire que d'un véritable élément ponctuel.
Revenons aux personnages. On rencontre rapidement la jolie Laila, dont la personnalité est là encore classique dans les mangas d'action : c'est une fille courageuse, un peu naïve, mais qui tape plus fort que ce que l'on pourrait présager. Peut-être se développera-t-elle plus originalement par la suite. Nous croisons aussi, dès les premières pages, un ancien disciple du maître de Taitô, Ryûkô. Ce jeune homme est un peu froid voire taciturne mais se « détend » rapidement au contact de Taitô. Concernant les autres étoiles, on prend rapidement connaissance de leur identité, ce qui me fait penser que le manga a forcément autre chose sous son sabot que ce point relativement banal d'histoire.
Le manga est bourré d'action, bien entendu. Les combats sont dynamiques, justifiés. Toutes les scènes d'action sont en effet insérées dans une logique et un scenario bien ficelé, ce n'est pas du combat pour du combat. Dans l'ensemble, le rythme est soutenu et laisse place à la découverte des personnalités des protagonistes sans tomber dans le manga dramatique ou psychologique. L'histoire est prenante et on se prend vite au jeu.
L'humour est aussi très présent. On a droit à des scénettes comiques avec comme protagoniste principale la fratrie. Intervient comme comique de base un autre personnage, dans un principe bien connu de faire-valoir un peu idiot. Si on a l'oeil, on retrouve aussi des détails marrants et des mimiques tordantes à chaque page. Appréciant particulièrement Fullmetal Alchemist, je connais bien le don de l'auteure pour la réalisation des expressions des personnages. J'adore
Le dessin est, à mon sens, excellent. J'aime ce trait reconnaissable entre mille, cette habileté à jouer avec les ombres, les décors et les effets de dynamisme... Le chara-design est agréable faute d'être vraiment original. On retrouve en effet certains traits des personnages de Fullmetal Alchemist dans ceux de Hero Tales. J'ignore si c'est un point positif ou un point négatif, mais j'apprécie en tout cas ce design.
Je reviens rapidement sur l'histoire pour signaler que les dernières pages présagent de nombreux rebondissements, avec des personnages bons ou méchants, qui en ont sous le coude. J'ai hâte de me procurer la suite.
En bonus en fin de volume, le récit comique du voyage en Chine de l'équipe du manga. 

Au final, il s'agit là d'un shônen d'action appréciable qui, même s'il n'est pas vraiment original, est efficace et accrocheur. Du bon. » 

A noter une adaptation animée.  

DDG, le 18/05/2013, un tome lu, le reste en cours.

C'est toujours avec curiosité que l'on aborde un manga d'une auteure telle que Hiromu Arakawa. Comme l'a déjà cité DDG, on la connaît entre autre pour son manga culte Fullmetal Alchemist, encensé notamment pour la qualité de son histoire et de son scenario. 

Avec Hero Tales, elle s'attaque à une adaptation de la littérature chinoise avec un scénariste, Ryo Yashiro.
Nous découvrons là un shonen d'aventure dans la plus pure tradition de l'art. Comme l'a décrit DDG, les personnages sont très classiques, voire des archétypes. Le scénario l'est tout autant. Un héros lambda découvre à l'adolescence qu'il possède un grand pouvoir caché et qui l'amènera vers une destinée épique, voire légendaire. Il part à l'aventure avec ses amis pour accomplir sa quête, initiatique bien sûr, ils visiteront plusieurs endroits, rencontreront d'autres compagnons, etc. Le tout ponctué par divers moments d'action contre malfrats croisés au passage. Et, n'oublions pas non plus une dose d'humour, car il en faut bien.
Vous le sentez sûrement mais pour ma part, c'est déception. Dans ce manga, tout est téléphoné, cliché et ennuyeux. Les blagues et les dialogues manquent cruellement de créativité, en lien direct avec le faire que les personnages sont très banals. La seule qualité demeure effectivement le talent en dessin de Hiromu Arakawa, qui propose toujours une bonne dynamique et un soin à ses pages. D'ailleurs j'ai largement préféré ses petits strips autour de la création de ce manga que le manga lui-même. 

Bref, Hiromu Arakawa se débrouille mieux sur ses propres histoires. 

Hanoko, deux tomes lus, avril 2017

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici