Hayate The Combat Butler

Hayate The Combat Butler

Titre original: 
Hayate no Gotoku!
Auteur(s): 
Genre: 
Humour, romance, action
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Kabuto puis Kana
Date de sortie originale: 
2004
Date de sortie en France: 
2010 (le 3 septembre)
Nombre de tomes: 
52 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
44 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,25€
Rythme de parution: 
bimestriel

Avis

Hayate The Combat Butler ou comment tous les malheurs du monde peuvent laisser place à une joyeuse comédie. 

Hayate est un adolescent qui a une vie catastrophique à cause de ses parents irresponsables au possible. Obligé de travailler au noir pour faire vivre toute la famille en dépit de son jeune âge, il montre toute la meilleure volonté du monde que ses parents jettent aux orties en allant même jusqu'à le vendre à des yakuzas pour régler leur dette. Toujours le sourire aux lèvres, Hayate est obligé d'imaginer des stratagèmes vicieux contraires à ses principes pour essayer de s'en sortir. Sur le point de se faire ôter les organes destinés au marché noir, il est sauvé in extremis par une jeune fille richissime qui va succomber à son charme suite à plusieurs méprises. Et c'est le début d'un long périple pour notre héros qui croyait voir enfin le bout du tunnel. Heureusement, cette fois-ci, son entourage sera plus recommandable que sa famille. Il va ainsi donc faire connaissance d'individus tous aussi farfelus les uns que les autres, sauf a priori Maria, dont il semble charmé, mais qui sait ce qu'elle nous réserve ^^.
Ce manga humoristique donne un peu dans l'absurde en choisissant des situations parfois extrêmes mais avec un détachement ou un décalage complet de la part des personnages dans leur réaction et comportement. On n'est pas dans le grand n'importe quoi mais l'ambiance est quand même beaucoup à l'auto-dérision.
Le dessin hyper simpliste n'est pas forcément ce qu'il y a de plus accrocheur au premier regard mais il suffit de lire le premier chapitre pour se rendre compte que c'est un effet voulu pour mettre en évidence le genre du manga. Finalement, cette façon de dessiner les personnages très sommairement avec une expression du visage édulcorée montre bien le décalage qui s'opère dans le scenario. Les expressions me rappellent beaucoup celles dessinées dans Sayonara Monsieur Désespoir, manga célèbre pour son ironie sans limite voire humour noir sur les bords. De plus, comme dans le manga que je viens de citer, Hayate the Combat Butler comporte pas mal de références à la culture japonaise (populaire en général) que nous français ne connaissons pas toujours. Heureusement il n'y en a pas énormément, ce qui ne frustre pas dans la compréhension des blagues. 

Ne vous fiez pas aux apparences, si ce manga au premier abord semble un croisement médiocre entre un shonen et un shojo, vous découvrirez rapidement que l'on tend bien plus vers la parodie de ces deux genres en en reprenant justement les stéréotypes. Un manga original qui vaut d'être lu.

Hanoko, deux tomes lus, le 06/10/2010

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici