Galaxy Express 999

Galaxy Express 999

Titre original: 
Ginga Tedsudo 999
Auteur(s): 
Genre: 
Science-fiction
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Kana
Date de sortie originale: 
1977-1981 puis 1996-?
Date de sortie en France: 
Septembre 2004
Nombre de tomes: 
21 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
21
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
260
Prix: 
6,25€
Rythme de parution: 
Terminé

Résumé des tomes

Avis

"D'autant l'animé est culte depuis 25 ans en France comme au Japon, d'autant dans notre pays le manga est édité depuis un an seulement. Kana poursuit son édition des oeuvres de Matsumoto et la question bien sûr c'est : qu'est-ce que ça vaut ?
Pas de changement par rapport à Capitaine Albator, le pirate de l'espace sur le plan graphique, je dirais que c'est mieux parce qu'il n'y a pas de pages gachées avec juste un vaisseau, donc de ce côté là il n'y a pas d'arnaque. En plus Maetel se fait souvent deshabiller du fait de ses mauvaises rencontres, ou alors elle prend sa douche, ou encore revêt un maillot de bain. Alors bien sûr c'est pas du nu pour pervers, mais du nu sexy, avec une belle femme longiligne (anorexique ?) souvent de dos avec ses magnifiques cheveux qui ondulent.
Avant de passer pour un pervers qui ne s'intéresse à ce manga que parce que l'héroine est sexy, parlons un peu de l'histoire : une fois passés les chapitres déjà vus dans l'animé, je dois avouer que j'ai été surpris par tous les autres. Je n'ai pas lu grand chose, mais rien que dans le tome 2, chaque histoire est absolument bien pensée, on se retrouve dans des situations intéressantes, soit sur le plan de la réflexion (la planète des mendiants, la planète sans forme qui amène une réflexion sur l'apparence), soit sur le plan narratif et graphique, où Matsumoto se laisse vraiment aller à des trucs assez percutants comme un homme bout-de-bois, une planète creuse à l'intérieur de laquelle les gens sont en apesanteur, et dont le corps devient sphérique, la planère des mirages sur laquelle ils rencontrent un écrivain...
Je dois dire que si vous êtes du genre à aimer les nouvelles de science-fiction intelligentes, du genre qui part d'une expérience scientifique qui la prolonge dans le futur, qui se servent de ça pour obtenir un résulat enchanteur et qui vous pousse à une réflexion sur le monde d'aujourd'hui vous allez être servi. Ce n'est donc pas un manga de SF pour les fans de grands combats manichéens starwarsèques.
Bien sûr c'est l'histoire de Tetsuro et Maetel, mais le gamin est un petit gros donc on s'en fout, par contre Maetel elle est belle (vous voyez un peu le niveau de mes réflexions ?), de plus elle est mystérieuse, on ne sait pas ce qu'elle veut à Tetsuro (pourquoi va-t-elle toujours aux toilettes avant que le petit gros se fasse attaquer ?), est-elle humaine ou robotisée, il y a des pistes qui vont dans les deux sens. Bien sûr c'est du mystère superficiel, et qu'en plus à mon avis, Galaxy Express étant un manga sans fin tout comme le parcours de nos héros, tant pis on ne saura jamais. En plus pour en revenir à Tetsuro, on se dit qu'il est vraiment idiot de pas se rendre compte que Maetel n'est pas quelqu'un de clean, heureusement à la fin du tome 2, il s'en est fait la reflexion, mais il passe l'éponge dessus. Mais bon l'essentiel ce sont les planètes visitées, pas la blonde, hein Doc ?

Un petit mot pour finir sur l'édition Kana qui... pète bien. Je crois que je n'ai jamais vu de tranches de volume aussi bien designés, le logo est très réussi, on en a pour notre argent. Seul petit bémol : les couvertures. La couleur ne réussi pas à nos personnages, ils sont vraiment... moches =) Mais le meilleur est à l'intérieur je vous rassure, avec lexique, notes et interview de Rintaro pour les premiers tomes. 

Des folles aventures dans des mondes repoussant le plus possible les limites de l'imagination, un petit côté sexy un peu refoulé, et une édition toujours au top avec toujours des articles en fin de volume. Que demander de plus ?"  

Docteur Spider, 28/09/06

"A partir de volume 15 Tetsurô et Maetel refont le trajet, pour voir les conséquences de la disparition des hommes-robots. Matsumoto reprend sa série après 15 ans de pause. Cette démarche me laisse assez dubitatif. Aura-t-il encore des choses extraordinaires à nous faire découvrir ? 

Ce retour sur leurs pas, pour voir ce qui a changé, semble être vécu par Maetel comme un retour dans le temps. Une sorte de monde parallèle où les hommes robots n'auraient pas existés, on voit les différences. Est-ce que Matsumoto va exploiter le truc à fond (avec à la clef pourquoi pas, des paradoxes temporels), ou est ce qu'il va se limiter à des beaux discours sur le temps ? 

Dans ce premier volume, on perd l'aspect "expérimental et réflexif"qui composait le gros de la série. On est encore trop dans la transition avec la fin du tome 14, et présentation des nouveaux personnages, et mystère sur le nouvel ennemi. A nouveau Maetel fait sa mystérieuse en ne voulant pas dire qui s'est, et nous refait le coup du "je te le dirais à la fin", de même concernant ce qu'elle a fait pendant l'année qui s'est écoulée (il s'est écoulé un an entre le retour de tetsurô sur terre, et le retour de maetel). Bref je trouve le personnage de maetel complètement imbuvable. 

Matsumoto a changé son trait, qui semble plus mature.  

Je n'éprouve aucun de plaisir à lire cette suite de Galaxy express 999." 

Docteur Spider, 25/01/07

Tomes lus : 1, 2, 13, 14, 15, 16, 19

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici