Enfant aux trois yeux (L')

Enfant aux trois yeux (L')

Titre original: 
Mitsume ga tooru
Auteur(s): 
Genre: 
Surnaturel - Humour
Éditeur original: 
Kodansha (Weekly Shonen Magazine)
Éditeur français: 
Asuka
Date de sortie originale: 
7 juillet 1974 -1978
Date de sortie en France: 
2 octobre 2005 - 11 janvier 2007
Nombre de tomes: 
8 (Terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
8
Nombre d'éditions en France: 
1 (format Bunko)
Couverture: 
Souple
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
350 + bonus
Prix: 
7,95€
Rythme de parution: 
Terminé

Avis

"Ce manga est une succession de chapitres indépendants, construits de la même façon. Des éléments extérieurs (scientifiques, organisations secrètes, autres élèves influents) veulent que l'enfant aux trois yeux leur permette de décoder une énigme (souvent liée à son passé), mais ils ne tombent que sur ce benêt de Sharaku. Ils vont tenter de lui retirer de façon astucieuse son pansement crânien. Une fois métamorphosé en génie, il va décoder l'énigme, écarter les scientifiques, et essayer de se servir de cette invention à, bien souvent, de mauvais desseins. C'est à ce moment là que Wato intervient et lui recolle son sparadrap, il perd le contrôle de cette technologie qui s'autodétruit. 

J'ai trouvé cette série assez puérile, ce qui est dû à l'une des personnalités du personnage. Mais l'autre ne m'intéresse guère. Très vite on est lassé par ce petit jeu. Peut être qu'au Japon l'histoire est bien passée parce qu'ils n'avaient qu'un chapitre à se mettre sous la dent par semaine, mais je viens de lire deux tomes doubles en deux jours et la série me sort déjà par les deux yeux. 

Outre le scénario qui me laisse dubitatif, il n'y a rien dans le graphisme qui me permet de me dire "Tezuka nous a transmis une belle BD, avec certaines planches originales, qui confirme son statut du Dieu du manga". Il y a peut être juste dans le tome 2, dans la première histoire, où Tezuka dessine de façon oppressante l'intérieur d'un toboggan sous la forme d'une tête de fillette. Ca fait peu. Bien sûr le dessin est réussi, mais ce n'est pas suffisant (pour un Tezuka). Fin du tome deux, il y a une métaphore sur l'audimat, mais on a déjà vu le même procédé dans Avaler la terre.  

Concernant l'édition, il faut saluer les nombreuses pages bonus qui clôturent chaque tome. Seulement, dans chaque volume on nous propose la même chose : la même biographie de Tezuka (qui est certes vraiment intéressante, et m'a doné envie d'aller lire au plus vite Black Jack ou Phénix), la même présentation de l'Enfant aux trois yeux (qui est elle aussi réussie, replaçant le manga de Tezuka, dans le contexte de l'époque, et nous montre enfin les conséquences de son succès), la seule variable étant en 3ème partie des bonus, une période différente de la vie/oeuvre de Tezuka nous est présenté à chaque fois. On peut s'interroger sur l'intérêt d'un tel procédé. Si on commence la lecture du manga par le tome 1, on lira forcément les bonus. Pas besoin de remettre les mêmes à chaque fois. Peut-être le tir aura été corrigé à partir du volume 3... 

Bref lecture déconseillée. Dans un style similaire (structure narrative, public visé), je lui ai préféré Don Dracula, un poil plus réussi. 

Docteur Spider, deux tomes lus, 10/02/07

Voir aussi Hato, toujours plus haut, un Tezuka qui s'adresse au même type de public.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici