Crimson Shell

Crimson Shell

Titre original: 
Crimson Shell
Auteur(s): 
Genre: 
Fantastique, drame, action
Éditeur original: 
Square Enix
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2005
Date de sortie en France: 
8 mars 2012
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
210
Prix: 
7,50€

Avis

Avant le très connu Pandora Hearts, Jun Mochizuki avait publié un premier manga, un one-shot traitant de manipulation génétique. Une jeune fille, la sorcière des roses noires Claudia, possède le pouvoir de ces chimères sans en avoir les terribles contraintes qui impliquent de devoir tuer des humains pour survivre. Elle combat pour l'organisation Crimson Shell, chargée de chasser ces créatures meurtrières. Mais un complot se prépare où les véritables alliés ne sont plus ceux qu'ils semblent être. 

Un savant fou, des créatures attaquant les hommes, l'histoire de Crimson Shell demeure très classique. Cependant, là où nous reconnaissons la touche spéciale de Jun Mochizuki sont les nombreux rebondissements qui ponctuent fréquemment le récit et permettent de focaliser le lecteur et lui donner envie de lire jusqu'au bout. Déjà avec ce manga, on voit qu'elle ne lésinait pas sur le scenario, qu'elle n'hésitait pas à renverser la donne sans pour autant perdre la cohérence de son récit. On apprécie également le soin apporté aux personnages. Même s'il ne s'agit que d'un one-shot, les protagonistes sont travaillés autant sur le design que sur la personnalité. On voit en Claudia les prémices d'Alice dans Pandora Hearts. Personnellement je ne me suis pas vaiment attachée à elle, mais elle reste correcte.
Ce que j'aurais à reprocher est qu'il y a justement trop de rebondissements. Nous ne sommes pas égarés, nous suivons bien l'histoire mais je trouve que l'auteure en a trop mis, le rythme est trop soutenu, on n'a pas le temps s'imprégner des différentes situations que l'on est plongé dans une différente. Du coup, le suspense a moins le temps de s'installer, c'est dommage.
Côté dessin, le style de Jun Mochizuki s'affirme déjà et on a plaisir à lire le manga. Les décors sont peu trop absents ou sommairement dessinés, l'ambiance est un peu moins forte. Mais les pages ne laissent tout de même pas d'impression de vide, cela reste bon. 

Crimson Shell ne laissera pas de marque indélibile, à cause de son histoire que je trouve trop conventionnelle même à la fin, mais il n'en est pas moins un bon manga. Un titre intéressant pour les fans de Jun Mochizuki. 

Hanoko, tome lu, le 31/03/2012

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Crimson Shell / Crimson Shell (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Crimson Shell / Crimson Shell (Shōnen)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici