Chrome Breaker

Chrome Breaker

Titre original: 
Chrome Breaker
Auteur(s): 
Genre: 
Fantastique, action
Éditeur original: 
Kadokawa
Éditeur français: 
Soleil manga
Date de sortie originale: 
2006
Date de sortie en France: 
2010 (le 15/09/2010)
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
4
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette semi-glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,95€
Rythme de parution: 
terminé (Bimestriel)

Avis

Les derniers vestiges vivants de la sainteté du Christianisme à nouveau revisitée en manga. Voyons ce que ce manga a à nous proposer.

Déjà, en voyant le couverture, j'ai cru que le héros serait un Alucard de Hellsing version pré-ado; après avoir lu le manga ce n'était pas vraiment ça, mais pas loin quand même. Ensuite on nous présente une héroïne sotte au possible après qui tout le monde court (influence Shôjo à coup sûr). Et oui, la demoiselle est la réincarnation de la Vierge Marie, rien que ça! Et voilà l'histoire résumée. Alors ça saute de partout, on a une déferlante de personnages dans tout le premier volume et le scenario ne se pose jamais. Les affrontement sont continus avec des rebondissements des plus attendus. Les personnages possèdent un archétype de personnalités récurrentes dans les manga: le jeune homme froid et taciturne, la maladroite débordante de gentillesse, le dragueur, la femme fatale, le protecteur etc. Mais voilà, tous ces personnages sont complètement insipides aussi bien par leur personnalité qui n'a aucun éclat que par leur design. Sans doute à cause du rythme excessivement rapide du scenario qui ne permet guère de développer les personnages. Dans le deuxième tome, certains nouveaux personnages a priori plus intéressants font leur apparition mais la mise en scène reste très fouillis voire bâclée, ce qui n'aide pas à les mettre an valeur.
Tout cela fait qu'on n'arrive jamais à s'immerger dans le manga, on suit tout d'un point de vue externe sans éprouver un quelconque intérêt, ce qui est d'un ennui sans bornes. Je me suis forcée pour arriver à la fin mais toutes les séquences sont hyper prévisibles et l'intrigue nous passe complètement par dessus la tête, si tant est que le manga en ait une digne de ce nom. Le contexte biblique et religieux ne semble là que pour faire joli, pour donner un semblant de profondeur.
Les dessins sont parfaitement à l'image du manga: sans charme avec une impression d'être faits à la va-vite. Ce n'est pas brouillon du tout, mais on ne sent pas que l'auteur ait pu se casser éventuellement la tête pour réaliser ce manga. En plus, le style me déplait totalement. L'auteur s'inscrit dans la mode dark avec des planches aux forts contrastes de noir et de blanc mais il faut plus que ça pour rendre son manga stylé. De plus, j'ai horreur des personnages ayant un corps squelettique, une tête énorme et une masse de cheveux aussi expansive. Surtout qu'ici, ils ont vraiment une tête extrêmement allongée frisant le SD (super déformé). Toutefois, on remarque vers la fin du premier volume que le trait semble plus fin et les décors un peu plus détaillés. Mais il faut chercher pour le remarquer.

Un manga assez médiocre en somme, ou alors j'ai complètement loupé quelque chose dans ma lecture. Je vous conseille plutôt de lire Chrno Crusade, un classique des Shônen dans le même genre que Chrome Breaker.

Hanoko, deux tomes lus, le 13/10/2010

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Chrome Breaker / Chrome Breaker (Shōnen)Wallpaper/fond d'écran Chrome Breaker / Chrome Breaker (Shōnen)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici