This is not Love, thank you.

This is not Love, thank you.

Titre original: 
Kore wa Ai ja Nai no de, Yoroshiku (これは愛じゃないので、よろしく)
Auteur(s): 
Genre: 
romance, tranche de vie
Éditeur original: 
Shueisha (prépublication Bessatsu Margaret)
Éditeur français: 
Soleil manga (collection Shojo)
Date de sortie originale: 
2016
Date de sortie en France: 
10 octobre 2018
Nombre de tomes: 
5 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,99€

Avis

Le lycée, une période de la vie qui fait fantasmer bien des dessinatrices et lectrices de shojo en terme de romance. Alors quand en plus, l'héroïne elle-même admire le grand amour, c'est le ponpon. Sara va attirer l'attention du mec le plus adulé des filles du lycée et veut le faire tomber amoureux d'elle, lui qui semble un grand sceptique de l'amour, malgré son succès aurpès des filles. 

Le manga partait pour partiellement renverser le smodèles habituels de shojo, où ce sont els garçons qui font la cour aux filles mais très vite Tsubasa, celui sur lequel Sara a jeté son dévolu, renverse un peu la donne. Il veut plus ou moins mener la danse pour se jouer de Sara. Globalement, on est dans un modèle très classique du shojo: une fille qui n'a pas d'expérience avec les garçons se retrouve aux côtés du mec dit le plus beau du lycée. Ils n'ont a priori aucun lien et Tsubasa, loin de l'ignorer comme ce serait le plus probable, va se rapprocher d'elle. Ils vont tisser une relation incertaines mais au fur et à mesue, on découvre quelques éléments du passé de Tsubasa, qui apportent des explications sur la raison éventuelle de leur rapprochement. Si ce manga ne m'a pas agacée outre mesure comme beaucoup d'autres du genre, il ne m'a pas passionnée non plus. Le manga reste dans la gamme des romances limite dérisoires sur ce tome un. Quelques passages présente un peu de second degré, grâce notamment aux répliques du pote de Tsubasa qui n'hésite pas à le vanner gentiment.
Niveau dessin aussi, du pur shojo. On peut lui reconnaître une bonne qualité de dessin, des pages plutôt bien équilibré du point du détail et une certaine douceur dans la mnaière de dessiner les personnages. Cependant, elle fait partie de ces mangaka qui abusent sans cesses des trames pour créer des ambiances et exagérer les émotions. Tezuka disait que les trames c'est bien mais avec parcimonie. 

Un manga qui a l'air encore de se chercher un peu, Mais en tout ca,s à réserver aux fans de shojo+lycée+amour. 

Hanoko, un tome lu, le 17/10/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici