Sleeping Princess (The)

Sleeping Princess (The)

Titre original: 
Nemurihime - Yume Miru You ni Koi Shiteru
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, drame
Éditeur original: 
Shogakukan (prépublié dans Flower)
Éditeur français: 
Soleil manga
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2014 (le 5 février)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,99€
Rythme de parution: 
Trimestriel

Avis

La vie suit son cours. Tout va bien dans le meilleur des mondes. C'est ce qu'elle et son père souhaitent transmettre par leur bon vivant au quotidien, alors qu'une maladie grave pèse sur le père. Alice va au lycée et rend visite à son père régulièrement quand un jour, on lui annonce que son père a une maladie incurable. Ce dernier, qui souhaite le bonheur de sa famille, la taquine souvent en lui demandant si elle a un petit ami. Alice va alors demander au jeune médecin en charge de son père d'accepter de sortir avec elle le temps qu'il reste à vivre à son père pour qu'il parte l'esprit en paix.
Cette triste situation va faire naître une relation ambigüe entre simulation et sincérité pour Alice et le docteur Tatsuya. Mais il se pourrait que les choses soient encore plus graves qu'elles ne le sont déjà...

The Sleeping Princess nous propose donc une histoire assez atypique. Malgré quelques réserves, ce manga s'avère une assez bonne lecture. Une fois n'est pas coutume, une auteure de Shôjo se donne la peine de créer une histoire un minimum consistante qui a un réel impact sur le scenario du manga. C'est-à-dire qu'elle n'est pas là simplement pour meubler, même si l'élément central reste la romance des deux protagonistes.
La part négative est que l'auteure met en scène une histoire très lourde avec des personnages assez fades malheureusement. Alice et Tatsuya sont des personnages très courants des Shôjo et n'ont pour le moment aucune épaisseur. Donc je reste mitigée. Parallèlement, je salue cette démarche de l'auteure qui part sur une base de Shôjo ultra rudimentaire qui plaira à la plupart des lectrices du genre en incluant une histoire un peu plus intéressante que la masse de manga de ce genre. J'aurais préféré un développement plus mûr tel celui de Comme Elles, mais je n'ai pas tellement de regret.
La chose qui à l'inverse a vraiment de quoi rebuter sur toute la ligne sont les dessins. Alors qu'on a droit à une couverture très jolie, les pages sont aux antipodes ! Le dessin des personnages est hideux. Pourtant on voit bien que l'auteur n'a pas bâclé son manga, elle a une assez bonne gestion du tramage. Mais rien à faire, ce n'est vraiment pas agréable à regarder. 

Je n'ai pas été conquise par The Sleeping Princess mais je lui reconnaît des qualités qui font que ce manga vaut d'être lu par les fans de Shôjo. 

Hanoko, un tome lu, fin mars 2014

À lire si vous avez aimé ce manga: My first Love

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici