Romantic Obsession

Romantic Obsession

Titre original: 
Boku kara kimi ga kienai
Auteur(s): 
Genre: 
Romance
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Soleil manga
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
14 septembre 2011
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
4
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
196
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
bimestriel

Avis

Que dire, si ce n'est que la couverture et le titre du manga suffisent à résumer l'histoire du premier volume? Du Shôjo comme on en voit à tous les coins de rue (ou plutôt de rayons de librairie  ). C'est complètement niais et culcul-la-praline. Il y a une vague tentative de rendre le manga amusant à travers le caractère de l'héroïne, Hotaru, qui est assez nerveuse et sensible mais ce n'est pas franchement ça. Bien sûr, c'est un mec super canon qui l'aime, un mec totalement tsundere (le genre à jouer les apathiques alors qu'il est super émotif au fond) pour constraster avec l'héroïne. Bien sûr, très vite le coeur de Hotaru va chavirer pour Kôsuke, personne n'en doutait.
Le seul élément qui peut rendre Romantic Obsession un peu intéressant demeure l'introduction de Yukako, la meilleure amie de l'héroïne qui a des sentiments également pour Kôsuke. Le premier volume se termine sur une situation critique qui risque de mettre en péril l'amitié des deux filles. C'est l'unique élément qui pourrait me donner envie de lire la suite. On pourrait aussi citer le professeur Haruna dont Hotaru est initialement amoureuse, pour l'instant il n'est pas beaucoup mis en scène mais qui sait s'il ne viendra pas s'ajouter à la pièce pour nous servir un magnifique triangle amoureux. Ce serait le pompom...
Les dessins sont pas mal de manière générale mais on est dans du Shôjo hyper classique. Même si on ne peut retirer au manga qu'il est soigné, le style est assez banal, tout comme le character design un peu passe-partout. 

Romantic Obsession ne marquera donc pas les esprits. Pour les amatrices du genre, ça reste toujours un manga à se mettre sous la dent mais c'est le genre de manga qu'on lit à la chaîne qui ne laissent guère de trace. Peut-être que la suite deviendra peut-être plus percutente via le personnage de Yukako ? À moins qu'elle soit écartée d'une manière ou d'une autre.  

Hanoko, un tome lu, le 11/10/2011

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici