Prisoner & Paper Plane

Prisoner & Paper Plane

Titre original: 
Shuujin to Kamihikouki - Shounen Paradox (囚人と紙飛行機 少年パ)
Genre: 
Drame, romance, horreur
Éditeur original: 
Media factory (prépublié dans Comic Gene)
Éditeur français: 
Komikku éditions
Date de sortie originale: 
2012
Date de sortie en France: 
2015 (le 26 février)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
160
Prix: 
7,90€

Avis

Prisoner & Paper Plane si j'ai bien compris est à l'origine un light novel de Nekoromin datant de 2008 qui a été ensuite développé en chansons par Shûichi Tatsunami, un compositeur de Vocaloid qui a utilisé la voix de Kagamine Len. Et c'est Shûichi Tatsunami qui aurait initié le projet d'étendre cet univers au medium du manga, où la violence côtoie la romance.
Dans cette prison particulière, les conditions de vie sont extrêmes. Les détenus sont très rationnés et doivent travailler comme des forçats. Mais pire que tout, la loi du plus fort y règne comme jamais. Que ce soient gardiens ou autres prisonniers, tous se permettent d'humilier et de torturer plus faible qu'eux avec un sadisme et une cruauté sans borne. Dans cet enfer, un garçon au bord du désespoir tente de s'en sortir en faisant profil bas, mais personne n'est à l'abri d'une brimade gratuite, sur un simple caprice.  

Le moins qu'on puisse dire c'est que nous avons là une histoire à laquelle on ne s'attendait pas. D'abord le dessin ne semble pas tellement en adéquation avec le sujet. Le style de la dessinatrice est plutôt léger tant dans le character design que le tramage. Il n'est pas mauvais, l'auteure s'en sort bien pour un premier manga même si l'on voit que le style reste à perfectionner (quelques perspectives et anatomies maladroites). En outre, elle représente assez crument la violence quand elle est physique. Simplement, on a dû mal à se mettre dans le bain, quand on pense aux mangas traitant de milieu carcéraux, nous vient spontanément à l'esprit des titres tels que Coq de Combat et Rainbow. Peut-être sont-ils plus attendus en matière de mise en scène angoissante mais ils sont terriblement efficaces.
Cela dit, ce style en contraste pourrait être une force. Le classique d'Elfen Lied possède lui un character design mignon qui rend d'autant plus forte l'ambiance angoissante de la série. Pour Prisoner & Paper Plane, on ne ressent pas vraiment la chose par le style dessin mais cela constitue une piste intéressante à explorer. La raison de ce contraste vient aussi du fait que le manga ait plus pour but la romance entre le héros et la mystérieuse jeune fille qui vient le voir depuis l'extérieur de la prison. À ce titre, on peut accorder sans rechigner à Saki Amakura qu'elle parvient représenter les sentiments des personnages avec beaucoup de force.
Le scenario nous laissera la même impression : bon mais il lui manque un petit chose pour devenir vraiment mémorable. Le scénariste ne fait pourtant pas de demi-mesure. Le système punitif mis en place dans cette prison qui accable et enfonce toujours plus les prisonniers est extrêmement cruel et aurait de quoi faire frissonner. Les personnages, même s'ils ne sont pas très originaux, sont bons dans l'ensemble. Cependant le manga ne développe pas du tout les raisons pour lesquelles le héros a été inculpé, on ne comprend pas trop les motifs de sa présence dans la prison et en conséquence on peine à se sentir vraiment concerné par le récit. Dans les morceaux de musique, l'aspect auditif rajoute le plus nécessaire, dans le roman original, peut-être est-ce plus expliqué, mais pour ce qui est du manga, ça manque d'introduction. Cette situation semble arriver de but en blanc et laisse trop les lecteurs dans le vague qui se posent trop de questions pour se laisser vraiment immerger dans le récit. 

Prisoner & Paper Plane, plus que la narration d'une histoire, est l'expression de vives émotions. Ce manga est cru, éprouvant physiquement et moralement pour ses personnages. Les auteurs se donnent les moyens pour mener à bien leur concept et il s'en est fallu de peu pour que le manga soit vraiment percutant. En tout cas, des auteurs à suivre qui ont fort potentiel. 

Hanoko, un tome lu le 26/02/2015

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Prisoner & Paper Plane / Shuujin to Kamihikouki - Shounen Paradox (囚人と紙飛行機 少年パ) (Shōjo)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici