Princess Ai - The Prism of Midnight Dawn

Princess Ai - The Prism of Midnight Dawn

Titre original: 
Princess Ai : The Prism of Midnight Dawn
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, fantastique
Éditeur original: 
Tokyopop
Éditeur français: 
Soleil manga
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
2009 (Septembre)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
arrêté

Avis

Une suite qui ne me déçoit pas puisque je ne souhaitais même pas qu'elle fût écrite, donc je n'attendais rien d'elle. 

En effet, j'avais plutôt aimé la trilogie originale Princess Ai de par l'originalité de la personnalité de l'héroïne, même si l'histoire en elle-même n'était pas spécialement passionnante. Cependant, cela se laissait lire, car les personnages étaient sympa. Je trouvais donc que trois volumes étaient largement suffisants et déjà on sentait dès le troisième volume que l'élan du début s'essouflait.
Et cette suite confirme bien mon impression que je viens de décrire. Le manga a complètement perdu tout le charme des débuts de Princess Ai. Ai est devenue une gamine gothic Lolita tout ce qu'il y a de plus banal sans plus aucun charisme. Où est passée la Ai arrogante, insolente et amusante d'autrefois? Sans doute dans les oubliettes, au profit d'une oeuvre parfaitement à la mode et stéréotypée. L'influence américaine qui avait généré ce manga s'en est allée semble-t-il.
C'est dommage, parce que le scenario n'avait pas l'air mauvais, mais il est tellement rélégué au second plan pour laisser place à la romance inféconde d'Ai et Kent que ça en devient ennuyeux. D'ailleurs, Kent lui-même a perdu complètement son charme, la simplicité du personnage faisait sa force. Mais là il est devenu crétin et trop culcul. Seuls les personnages secondaires gardent à peu près le style qui était le leur au départ, comme par exemple les trois Furies accompagnant Ai (je ne me souviens que de la métisse), ou Takeshi, l'ancien manager d'Ai.
À l'instar de la dégradation de l'originalité du manga premier, le dessin est devenu tout ce qu'il y a d'un shojo lambda à la mode. Cela reste de qualité, mais la personnalité qui ressortait dans l'oeuvre de départ s'est envolée vers d'autres cieux. 

Un manga qui n'a donc plus aucun intérêt à mes yeux, à éviter.

Hanoko, un tome lu, le 18/05/2010

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici