Polar Bear in Love

Polar Bear in Love

Titre original: 
Koi Suru Shirokuma (恋するシロクマ)
Auteur(s): 
Genre: 
Humour, romance
Éditeur original: 
Media Factory (prépublié dans Cmic Gene)
Éditeur français: 
Soleil manga (collection Pets)
Date de sortie originale: 
2016
Date de sortie en France: 
6 mars 2019
Nombre de tomes: 
4 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Traduction: 
Studio Charon
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat avec vernis
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
160
Prix: 
11,95€

Avis

Si on aime regarder des documentaires animaliers, il nous est forcément arrivé de voir quelques passages insolites où des animaux que les espèces opposent, se rapprochent et nouent une relation forte allant au delà de leur instinct. Ce manga nous propose l’une de ces relations improbables imaginées.

 

Nous nous situons sur la banquise, un ours polaire trouve un jour un jeune phoque perdu, et, loin de chercher à le dévorer comme ses pulsions de prédateurs lui dicteraient, il tombe soudain amoureux et veut absolument garder ce petit être auprès de lui. Le jeune phoque, aussi terrorisé que sceptique, n’arrive pas à croire ce nouveau compagnon encombrant.

Au début, le manga part sur de la pure comédie, qui marche assez bien. Cet ours polaire, devenu complètement gaga, ne tarit pas en mots d’amour (purement platoniques hein) envers ce petit phoque, qui n’y voit là qu’une mascarade pour s’amuser avec lui en vue de le dévorer. Terriblement terre à terre, il interprète tout de la pire manière et on le comprend car le comportement de cet ours est contre-nature. Le décalage entre les deux personnages est drôle, le phoque nous livre ses pensées pessimistes qu’il n’ose dire tout haut de peur de provoquer l’ours. Et ce dernier, béat, n’en démord pas.

Cependant, le premier tome évolue progressivement vers une tonalité un peu plus sérieuses, où les personnages parlent de la dureté du règne animal et de ce que la chaîne alimentaire peut provoquer. Ainsi, le style un peu enfantin du début n’empêche pas quelques passages plus sérieux.

Le dessin est réduit à l’essentiel mais plutôt bon. Que ce soit les décors ou les personnages, il y a très peu de détail, mais on n’est pas pour autant dans du dessin trop puéril, avec des personnages aux grands yeux pétillants, des proportions qui font très chibi. Cela reste de vrais animaux. Et malgré la quasi absence de détaille, la mangaka parvient très bien à rendre l’expressivité des personnages, par leur gestuelle notamment. Petit bémol pour l’édition qui demeure un peu chère et je ne comprends pas pourquoi le titre a été traduit en anglais pour l’édition française.

 

Un petit manga bien sympathique, pas si gamin qu’il en a l’air. Je me demande de quoi serai faite la suite, ce que la mangaka trouvera à développer.

 

Hanoko, un tome lu, le 06/03/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici