Miyo

Miyo

Titre original: 
Miyo
Auteur(s): 
Genre: 
Romance
Éditeur original: 
Aucun (exclu française)
Éditeur français: 
Kana
Date de sortie en France: 
2010
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (one-shot)
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette avec relief
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,90€

Avis

Comment retrouver ses repères en revenant au pays après avoir vécu à l'étranger pendant sept ans? C'est que à quoi est confrontée Miyo, adolescente qui débarque dans un lycée de Tokyo alors qu'elle a effectué la plus grande partie de sa scolarité à Paris. Et son coeur va vaciller entre son amour en France et son ami d'enfance retrouvé au Japon. Une histoire où l'expression "loin des yeux loin du coeur" prend tout son sens. 

Voici une romance assez classique par tous presque tous ses aspects sauf qu'elle inclut quelques éléments ethnologiques avec le léger décalage des moeurs françaises par rapport aux japonaises (rappelant un certain BB Project). Comme de bien entendu, on a droit au sempiternel triangle amoureux, avec deux beaux gosses autour d'une fille plutôt simple. Les sentiments de l'héroïne vont donc balancer de l'un à l'autre, parallèlement aux histoires de ses deux nouvelles amies au Japon. S'ensuit un happy end, le plus prévisible possible bien évidemment.
Pourtant, malgré mon introduction ne laissant rien présager d'élogieux, ce Shôjo demeure plutôt agréable à lire. Ce qui est assez rafraîchissant c'est que toute l'histoire n'est pas intégralement focalisée sur l'héroïne et les deux mecs gravitant autour d'elle. Une place réelle est accordée à ses amies, ce qui fait qu'elle n'est seulement sur son petit nuage déconnecté du monde. Le manga possède un minimum de crédibilité qui finalement le rend plus prenant. Ainsi, on nous épargne aussi les personnages au caractère caricatural, même s'ils ne sont pas l'originalité incarnée. De plus, il s'agit d'un one-shot, ce qui fait l'histoire ne s'étale pas et est assez concise pour ne pas ennuyer le lecteur. Je trouve ce format sur un seul volume assez pertinent en matière de Shôjo.
Le dessin est correct dans l'ensemble sans casser des briques. Cependant, je trouve que les scènes ont l'on voit certains des personnages chanter sont particulièrement ratées alors qu'elles sont censées transmettre l'intensité des émotions. La façon dont l'auteur dessine les bouches n'est pas top non plus. En revanche, c'est amusant la manière dont l'auteur dessine les yeux étincelants, cela rappelle beaucoup les bishoujo des années 80 (Candy Candy, Sailor Moon et toutes les héroïnes de notre enfance), tout restant ancré dans la mode actuelle du style graphique des Shôjo. Le manga se démarque donc légèrement, et pour cause, l'auteur a en effet été bercée dans cette ambiance 80's puisqu'elle a débuté en tant que professionnelle dans cette période. Pour le character design, c'est mitigé, Miyo et Shiro sont passe-partout, mais les autres le sont moins. 

J'ai assez pris plaisir à lire ce manga, seule la fin est décevante car elle est trop expéditive: (spoil) je trouve un peu facile la manière dont Nicolas est éjecté de l'histoire, quand on pense à lui on se dit que finalement ce n'est pas tellement un happy end (fin du spoil). À part ça c'est sympa.

Hanoko, volume lu, le 22/10/2010

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici