Mimic Royal Princess

Mimic Royal Princess

Titre original: 
Shounen Oujo (少年王女)
Genre: 
Politique, drame, humour
Éditeur original: 
Kadokawa
Éditeur français: 
Doki-Doki
Date de sortie originale: 
2011
Date de sortie en France: 
2015
Nombre de tomes: 
3 (en pause)
Nombre de tomes sortis en France: 
3 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Prix: 
7,50€
Rythme de parution: 
bimestriel

Avis

"Un manga tout à fait surprenant.
Nous plongeons dans un royaume où les femmes gouvernent les hommes avec poigne et férocité. La reine est intraitable et seules les jeunes femmes riches sont bien loties. Pendant que la révolte monte, les luttes intestines soulèvent le palais. Au milieu du maelstrom, la jeune Princesse Alexia, 12 ans, que pas mal de monde souhaite tuer. Heureusement, elle croise lors d'une de ses balades un jeune garçon lui ressemblant comme deux gouttes d'eau. Elle l'achète à un marchand d'esclaves et lui apprend à devenir sa copie conforme. Le pauvre Albert n'a pas le choix, d'autant que les conflits politiques se font de plus en plus amers...
Le pitch m'a fait penser à Lady Oscar ou encore Utena, la fillette révolutionnaire, où les héroïnes se font passer pour des hommes. Là, notre protagoniste masculin doit se la jouer princesse. Et pas la princesse de conte de fée, non, la véritable princesse héritière avec tout ce que cela impose en protocole et discipline. L'histoire aurait pu s'arrêter à cet échange de rôle, et elle serait tombée dans la banalité. Heureusement, on nous propose pas mal de rebondissements et des personnages particulièrement attachants. Les liens qui se tissent entre Albert et Alexia sont forts, et on sait pourquoi très vite. C'est un secret de polichinelle que de savoir qu'ils ont été séparés à la naissance et sont donc jumeaux. Les surprises se situent déjà et se situeront encore ailleurs par la suite, à mon avis.
La politique et les liens de sang et d'amitié sont donc au premier plan. Mais l'humour n'est pas en reste, avec un majordome tordant car particulièrement tordu. C'est un lolicon qui bave littéralement sur sa maîtresse, et a parfois tendance à la confondre avec Albert, ce qui crée pas mal de quiproqui dégueulasses. J'adore.
Le dessin est particulièrement chouette. Fin, le trait apporte force charisme aux personnages. L'aspect shojo est peu présent, j'ai même cru à un seinen au départ. Beaucoup de qualité a été porté aux décors et à l'ambiance très XVIIIème siècle londonien. Un plaisir. 

Bref, un manga fort sympa qui devrait donner son lot de surprises et d'émotions." 

DDG, le 27/01/2015, un tome lu.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici