Maid-sama!

Maid-sama!

Titre original: 
Kaichou wa Maid-sama!
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, comédie, tranche de vie
Éditeur original: 
Hakusensha (prépublié dans Lala)
Éditeur français: 
Pika éditions
Date de sortie originale: 
2006
Date de sortie en France: 
2010 (le 5 mai)
Nombre de tomes: 
18 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
18
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
176
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
terminé

Résumé des tomes

Avis

Misaki, présidente du conseil des élèves, impose de main de fer la discipline dans son lycée anciennement non-mixte pour garçon. Pour asseoir sa crédibilité, elle a suivi intensément des cours d'Aikido pour mater les mecs qui voudraient lui tenir tête. Tout le monde s'inclinait devant sa volonté bon gré mal gré jusqu'au jour où Takumi Usui, le garçon le plus populaire de son lycée mais du genre jemenfoutiste, va se mettre à traîner non-stop dans ses pattes. Il sera le premier de ses camarades à découvrir qu'après le lycée, elle travaille en tant que serveuse dans un Maid Café. S'enclenche alors une ribambelle de mésaventures où Misaki tentera de garder secret son petit boulot pour ne pas perdre la face au lycée avec un Takumi qu'elle ne sait s'il est vraiment son allié dans l'affaire. 

Maid-sama a un assez bon équilibre entre humour et romance. Chaque chapitre offre son lot de farces dans les situations plus ou moins loufoque que doit gérer Misaki l'héroïne, qui se concluent par une avancée dans sa relation avec son jules en devenir Takumi. Le scenario est un peu invraisemblable et tend à la répétitivité. Quant à l'humour, il n'est pas toujours très efficace mais les quelques pointes de second degré, plutôt rare dans les Shôjo pourront quand même faire un peu sourire. C'est dommage que l'auteure n'ait fait de Misaki une fan de déguisement en soubrette par exemple. Le contraste aurait été beaucoup plus drôle et original entre la Misaki sérieuse au lycée et la Misaki douce à son travail telle une Switch Girl.
Ces nombreuses scènes qui mettent Misaki à l'épreuve et dans l'embarras en interaction avec divers personnages, fait que j'ai apprécié. Pour un Shôjo d'amourette de lycéens a priori assez basique, l'auteure a créé pas mal de personnages différents qui potentiellement prendront de l'importance dans l'histoire. Même si tout tourne encore autour de deux protagonistes, il est agréable de voir que d'autres personnages puissent avoir un minimum de présence partagée entre les camarades de classe de Misaki et ses collègues de travail.
Le manga tente aussi de briser quelques clichés du Shôjo en présentant une héroïne super balèze. Elle va mettre la pâtée à n'importe quel garçon au comportement qui irait de travers. Cependant, le manga reste terriblement macho à travers le personnage de Takumi. Ce dernier rappelle fréquemment à Misaki « tu restes une fille ». Donc en tant que telle, tu ne peux pas tout faire seule et tu restes dépendante d'un garçon. Ici, il ne s'agit vraiment pas du fait que les garçons se sentent frustrés s'ils ne peuvent pas protéger la fille qu'ils aiment ni du fait que l'être humain doit accepter de se faire aider par autrui de temps à autres. Takumi insiste vraiment sur le fait qu'elle soit une fille, et elle ne le rembarre pas plus que ça. Quitte à mettre en scène une héroïne forte et têtue, autant le faire vraiment, elle aurait dû s'insurger contre ça.
Le dessin reste complètement dans les Shôjo habituel, avec un niveau moyen. Mais on appréciera l'expressivité et les caricatures des personnages qui collent bien à l'ambiance d'un manga comique. On ne manquera pas non plus de remarquer les quelques scènes de fan service impliquant aussi bien Misaki en tenue de soubrette que Takumi le torse débraillé ou déguisé. L'auteure s'amuse également à travestir les personnages par moment. 

J'allais volontiers classer Maid-sama dans la gamme des Seinen bateau qui n'ont qu'une idée de départ originale, mais on ne peut nier les quelques qualités dont ce manga fait preuve et qui méritent et de s'y attarder un peu. Je n'ai pas accroché et je doute que cela change sur la durée, mais ce sera un bon choix pour les lectrices assidues de Shôjo. Par ailleurs, j'ai beaucoup plus accroché au one-shot publié en fin du premier volume, Monde Invisible (Un)

Hanoko, deux tomes lus, le 01/09/2014

Pour une autre histoire de présidente du conseil des élèves de poigne, testez Médaka-box.

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Maid-sama! / Kaichou wa Maid-sama! (Shōjo)Wallpaper/fond d'écran Maid-sama! / Kaichou wa Maid-sama! (Shōjo)Wallpaper/fond d'écran Maid-sama! / Kaichou wa Maid-sama! (Shōjo)Wallpaper/fond d'écran Maid-sama! / Kaichou wa Maid-sama! (Shōjo)Wallpaper/fond d'écran Maid-sama! / Kaichou wa Maid-sama! (Shōjo)Wallpaper/fond d'écran Maid-sama! / Kaichou wa Maid-sama! (Shōjo)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici