Lovely Fridays

Lovely Fridays

Titre original: 
Neko to Watashi no Kinyobi (猫と私の金曜日)
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, comédie, tranche de vie
Éditeur original: 
Shueisha (prépublié dans Margaret)
Éditeur français: 
Tonkam (collection shojo)
Date de sortie originale: 
2013
Date de sortie en France: 
2016 (le 9 mars)
Nombre de tomes: 
11 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
2 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,99€
Rythme de parution: 
Trimestriel

Résumé des tomes

Avis

Une lycéenne adule l'un de ses camarades, coqueluche de nombreuses filles du lycée. Tachibana Ai pensait n'avoir jamais aucune chance avec Serizawa mais il semble lui témoigner de l'attention, elle va tout de même tenter sa chance. Cependant un autre obstacle inattendu apparaît: son cousin plus jeune qu'elle veut tout faire pour devenir son petit ami. 

Lovely Fridays est un manga de romance entre lycéens tout ce qui y a de plus conventionnel. Une héroïne banale (choix délibéré de l'auteure), un lycéen ultra canon qui s'intéresse à elle et pour compléter le tableau, un autre garçon qui a des vues sur l'héroïne. La particularité qui ferait donc toute la différence est le fait que le deuxième prétendant est plus jeune et membre de la famille d'Ai. Donc ce Shôjo varie-t-il donc vraiment de ses pairs? Pas tant que ça.
La situation de Nekota aurait pu donner lieu à une histoire très intéressante, si le manga développait la question sociale de l'idée qu'un cousin et garçon plus jeune veuille sortir avec une fille plus âgée. En effet il est souvent assez difficile, voire mal vu, que des adolescents d'âge différent sortent ensemble. Mal vu aussi bien de leurs amis que de leur entourage. Ici s'ajoute le tabou de relations incestueuses, même si entre cousins, c'est moins critique qu'entre frère et soeur. Nous aurions pu avoir là un Shôjo faisant un peu d'original à partir du banal. J'imagine que c'est la voie qu'aurait suivi ce manga si une auteure telle que AOKI Kotomi en avait été à l'origine (comme on peut le voir pour Secret Sweetheart ou My first Love). Cependant, la tonalité du manga n'est pas du tout à la psychologie ni une remise en question des convenances sociales.
Arina Tanemura veut dessiner une romance comique avant tout, donc le cas de Nekota sert juste à créer des situations embarrassantes et coquasses auxquelles l'héroïne sera confrontée ainsi que mettre un obstacle à sa relation avec Serizawa. Toutefois, cruche comme l'héroïne peut être, elle ne sera pas insensible aux avances de son cousin. On reste dans une histoire légère qui se veut sans prise de tête. On se retrouve en conséquence quand même dans une histoire très cliché. Pourtant, quelques blagues de l'auteure viennent mette en relief qu'elle en est consciente et prend du recul en montrant un peu de second degré. Je n'ai donc pas tellement envie de lui reprocher cela. Sauf que le manga est aussi très niais et culcul et ses débordements de sentiment. Pas mon délire du tout. La seule chose un peu mignonne réside dans les moments d'affection que l'héroïne éprouve pour Nekota, comme une grande soeur pour un petit frère jaloux.
Côté dessins, le niveau est bon mais pareil, c'est un style que je n'aime pas du tout. Trop saturé ça brille de partout. Et vas-y que je te remplisse des pages d'étoiles autour des personnages, et vas-y que je rajoute des fleurs pour remplir un fond de case. Trop c'est trop. L'auteure dessine bien, je ne peux pas dire le contraire. Son trait semble plus fin et léger que dans l'un de ses précédents manga que j'avais lu, Princesse Sakura. Je n'aime pas, simple question de goût. Les fans de shojo devraient y trouver leur compte. 

Lovely Fridays avait quelques éléments en main pour réellement se démarquer des autres manga du genre, mais il reste dans la norme. À en juger des diverses illustrations du manga, l'issue de l'histoire de ce manga semble assez évidente. 

Hanoko, un tome lu le 08/04/2016, puis tome deux

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici