Kare First Love

Kare First Love

Titre original: 
Kare First Love
Auteur(s): 
Genre: 
Romance-Humour
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Panini Comics
Date de sortie originale: 
2002
Date de sortie en France: 
2005
Nombre de tomes: 
10 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
10 (terminé)
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple+jaquette glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,80€
Rythme de parution: 
Bimestriel (Terminé)

Avis

Kare First Love ou l'histoire d'un premier amour. Si au départ ce manga semble un shojo banal avec une jeune fille timide qui va peu à peu s'épanouir au contact d'un beau jeune homme,au fil des pages, on se retrouve complétement impliqué dans leur histoire.  

Karin est une fille qui passe inapperçue : couettes, uniforme, grosses lunettes, timidité excessive, très peu d'amis... En clair, elle n'a rien pour elle. Jusqu'au jour où elle va se trouver confronter à un jeune homme sûr de lui, mignon et avec du caractère.  

Tout commence dans un bus. Qui n'a jamais fantasmé sur un ou une bel(le) inconnu(e) dans un bus? Elle n'est pas terrible, il fait fantasmer toutes les filles du lycée, rien ne les prédispose à vivre quelque chose ensemble et pourtant c'est le coup de foudre. A partir de là, Karin va s'ouvrir et s'épanouir telle une chenille se transformant en magnifique papillon. Mais c'est sans compter les parents de Karin qui s'opposent à leur relation et les parents de Aoi qui, n'étant pas d'accord avec son mode de vie, cherchent par n'importe quel moyen à le faire revenir à la maison.  

S'ajoute à tout cela le passé assez tragique d'Aoi qui, quelques années plus tôt, a perdu son grand frère qui s'est sacrifié pour le sauver de la noyade. D'où la passion d'Aoi pour la photographie à laquelle son frère l'a initié et qui prend une place très importante dans ce shojo. En effet, la photographie pour Aoi est plus qu'une passion, c'est sa vie et c'est au travers de ses photos qu'il rend hommage à son frère et qu'il montre ce que représente Karin pour lui. 

Et enfin l'élément clé de ce manga: le sexe. Karin Karino est vierge et étant très timide et naïve elle se pose énormement de questions sur la première fois telles que comment s'y prendre, est-ce qu'il va rester avec moi si je le fais attendre trop longtemps, si je suis nulle qu'est-ce qu'il va se passer? Autant de questions par lesquelles nous sommes presque tous passés.

Côté dessin, le scénario est si captivant qu'on y fait même pas attention! Cependant je dois dire que les graphismes sont plutôt jolis. On peut même voir une évolution au niveau du personnage de Karin. Plus elle s'épanouie et plus ses traits s'en ressentent. Rien à voir avec le précédent manga de l'auteur à savoir Binetsu Shojo où les dessins ne sont vraiment pas terrible! Joli progrès en tout cas! 

Au final, ayant commencé la série que très tard j'ai lu les 10 tomes dans la même soirée. Impossible de décrocher. J'en ai même pleurer pendant deux jours tellement ça m'a bouleversée. Pour les adolescents, ce manga montre comment devrait être une première fois. Pour les plus agés comme moi ça nous ferait presque regretter notre première fois. Tout le monde rêve d'un amour aussi fort et pure. Ce manga laisse une agréable sensation de flottement, une quasi léthargie. Mais je suis peut-être trop sentimentale!^^

En tout cas je le conseille vivement. 

Lalie, 10 tomes lus, 15/03/07

Après un avis radicalement pour ce manga, en voici un radicalement contre. J'assassine très souvent les shojo et celui-là va aussi passer à la casserole.
C'est vraiment le genre d'histoire qui m'énerve. On commence avec une héroïne qui a l'air super coincé, qui est timide, qui ne parle pas aux mecs, qui ne se met absolument pas en valeur. Mais évidemment, c'est le mec super populaire, super beau gosse, super réputation qui est attiré par une fille qui ne se montre pas et qui cherche à se rapprocher d'elle. Evidemment sous ses airs d'intello, cachée derrière ses lunettes, la fille est très mignonne et elle tombe sous le charme de ce merveilleux jeune homme. Et roulez jeunesse, en voiture Simone pour une histoire d'amour romantique au possible.
Ce genre de chose n'arrive jamais dans la réalité, quand t'es dans ton coin, personne ne vient te voir, j'ai observé ça plus d'une fois. Bon après vous allez me répondre "c'est une fiction!", "les coups de foudre ça existe, ça ne s'explique pas et ça peut tomber sur n'importe qui!" n'empêche, vous en avez vu beaucoup des coups de foudre comme ça? D'accord ce n'est pas la vraie vie mais ça reste tout autant incrédible. C'est beaucoup trop cucul, je ne vois pas du tout où se trouve l'intérêt là dedans. Franchement, ça m'a presque énervée quand je l'ai lu. Je n'ai même pas réussi à aller jusqu'à la moitié du deuxième volume.
En plus d'être gnangnan, ce shojo n'a aucune originalité. Et le pire se trouve là, il y a à foison des shojos de ce genre, je comprend pas pourquoi ça a autant de succès. C'est peut-être moi qui suis trop coeur de pierre ou trop terre-à-terre, j'en doute cependant.
Le manga ne se démarque même pas avec les dessins. Si au moins le visuel m'avait plu, j'aurai pu faire abstraction de l'histoire, mais ce n'est pas le cas. En effet, le dessin est lui aussi dans un style très banal, bien que l'auteur semble y avoir apporté un certain soin. Il ne se s'élève pas parmi la masse de shojo et reste dans la même lignée. Et encore, si ce n'était que la façon de dessiner, mais les personnages aussi ont un physique (et caractère au passage) qui n'apporte rien de plus. 

Je n'ai rien retenu de ce manga si ce n'est un shojo cucul de plus. 

Hanoko 1 tome et demi de lu, la tueuse en série de shojo a encore frappé le 09/04/07

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici