GDGD Dogs!

GDGD Dogs!

Titre original: 
GDGD DOGS (グダグダドッグス)
Auteur(s): 
Genre: 
Humour, tranche de vie
Éditeur original: 
Kodansha (prépublié dans Aria)
Éditeur français: 
Pika éditions
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2016 (le 4 mai)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
164
Prix: 
6,95€

Avis

Les apparences sont trompeuses comme on dit. En shojo, c'est rarement le cas, mais quand parfois ça arrive, la surprise n'en que meilleure. En effet, j'avais pris GDGD Dogs! comme un énième shojo à la noix, gorgé de romance basique. En plus, le harem masculin qui laissait présager la couverture n'augurait rien de bon. Ne nous y laissons pas tromper. 

GDGD Dogs!, c'est l'histoire d'une fille, totalement asociale, qui va se retrouver entourée de trois beaux gosses du jour au lendemain qui ne la lâcheront pas d'une semelle. Ce n'est cependant pas pour faire la cour à la demoiselle mais devenir ses disciples! En effet, ils sont fans de manga, ont rejoint le cursus manga de leur lycée et en ayant découvert que Kanna était déjà publiée, ils veulent apprendre d'une pro. Mais elle récolte le gros lot, les trois-là se révèlent très vite des bras-cassés qui veulent la gloire sans peiner pour y parvenir. Elle qui comptait dessiner son manga tranquille pendant les cours, son plan tombe à l'eau à cause de ces énergumènes pots de colle.
Beaucoup de shojo commencent avec une idée de départ sympa, mais très peu s'y tiennent réellement et embrayent sur des intrigues nunuches. GDGD Dogs demeure l'un des très rares qui ne tombe pas dans le panneau. En effet, le mangaka propose à chaque chapitre des situations comiques où de nombreux clichés du manga sont parodiés et moqués volontairement (mais avec bienveillance!). De plus, les trois autoproclamés apprentis sont chacun plus farfelus les uns que les autres et fantasment à donf le métier de mangaka sans que Kanna réussisse à leur faire descendre les pieds sur terre. C'est drôle, c'est frais, on ne manque pas de variété dans les farces. Le décalage entre l'héroïne, presque acariâtre et les trois zozos à ses côté qui font n'importe quoi marche parfaitement. Le thème nous rappelle forcément aussi le célèbre Bakuman, qu'on peut qualifier de précurseur en matière de mangas parlant de mangaka. Heureusement, GDGD Dogs est loin d'être un simple simulacre et trouve très vite sa propre voie. Et je pense que ce manga sera parlant aussi bien aux connaisseurs qu'aux néophytes. Ces derniers pourront découvrir avec humour mais aussi un certain réalisme l'univers des mangaka.
Le dessin ne casse pas des briques mais l'autrice réussit très bien ses mises en scène pour accentuer l'humour de son manga. J'aime particulièrement les moments où elle accentue la dramatisation de certaines pages, où les personnages sortent des tirades avec un air plus sérieux que jamais, alors qu'ils concluent souvent sur des énormités. Et elle joue très bien du côté Kawai pour amener d'autres farces. On peut voir qu'elle travaille aussi 

Allez Kanna courage pour la publication de ton manga, nous sommes avec toi! 

Hanoko, deux tomes lus, le 26/07/2017

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici