Alice au Royaume de Cœur

Alice au Royaume de Cœur

Titre original: 
Heart no Kuni no Alice ~Wonderful Wonder World~
Genre: 
Romance, fantastique, conte
Éditeur original: 
Mag Garden
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
2010
Nombre de tomes: 
6 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
6
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,50€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

"Je tiens à préciser avant toute chose que je n'ai lu que les vingt premières pages disponibles sur le site de l'éditeur français. Mon avis sera donc léger et à prendre en tant que tel.
Avec la sortie du film de Tim Burton Alice au Pays des Merveilles dans les salles obscures, il était évident que tous les produits touchant de près ou de loin à la petite Alice sortiraient de l'ombre. Ce manga est un de ceux-là, sans doute publié en France pour l'occasion cinématographique.
De prime abord, cela ressemble à s'y méprendre à l'histoire originale de Lewis Carroll. Alice qui somnole dans le jardin, un conte raconté par sa soeur, un lapin blanc... Oui, sauf que le lapin prend soudain la forme d'un beau jeune homme et la kidnappe purement et simplement. A en croire le résumé, les personnages du conte sont quelques peu modifiés façon moderne. Bien que je ne les ai pas encore vus, je pense que cela peut être sympathique, bien que classique (les oeuvres modifiant ce conte sont légion).
D'entrée de jeu, on sait aussi que le thème principal sera la romance. Alice rêve d'être comme sa soeur, belle et courtisée, elle souhaite rencontrer le prince charmant. Puis, un beau gars la kidnappe et, toujours selon le résumé, tous les mecs lui courent après. Y'a pas à tortiller, ce titre est bel et bien pour les jeunes filles en mal d'amour.
Graphiquement, touche Shôjo classique, jolies filles et beaux garçons comme on en rêve toutes (ou pas). C'est propre, le trait est fin et assuré, j'apprécie particulièrement la mise en page et les costumes. Après, j'en ai vu trop peu pour en dire plus. 

Voilà, un rapide avis sur un Shôjo qui a de belles qualités, de prime abord." 

DDG, le 13/04/10, quelques pages du tome 1 lues.

Alors que le florilège d'adaptations du conte de Lewis Caroll éclate avec la sortie du film de Tim Burton comme l'a souligné Dragondegivre, une sortie manga en parallèle était donc à prévoir en France. Mais aucun rapport avec l'oeuvre filmique puisqu'il s'agit d'une adaptation personnelle de la part des mangaka. 

J'étais très sceptique à l'idée de lire ce manga, surtout qu'en voyant la couverture, on s'attend à n'avoir rien de plus qu'une histoire à l'eau de rose sur prétexte de magie et rêve. Heureusement, ce manga a plus que ça à proposer et peut être assez amusant finalement. Alice se retrouve plongée dans un monde qui semble refléter tous ses fantasmes alors que dans la réalité, elle est complexée par sa soeur qui a tout d'une lady comparée à elle qui se voit comme une jeune fille sans aucun attrait. Alice ne parvient donc à croire que tout le rêve qu'elle vit soit le fruit de sa propre frustration et elle va tenter d'y mettre un terme en devenant plus forte. On est donc pleinement dans le genre du harem masculin foisonnant de bishonen. Mais ici au moins, c'est justifié et il ne s'agit pas seulement de faire fantasmer les lectrices. Peut-être même que l'auteur essaye de montrer à travers son héroïne qu'il ne faut pas être si nunuche.
Par ailleurs, l'univers mis en place dans ce manga comporte pas mal de mystère, notamment avec le statut de tous les acteurs du rêve d'Alice ainsi que celui des personnages pions. On voit quelques anachronismes comme le parc d'attraction, mais les auteurs se permettent apparemment des libertés puisqu'il s'agit d'un monde onirique. Pour le moment, les dialogues avec Alice ne trahissent pas son époque, espérons qu'il en sera de même pour la suite. J'ai eu du mal à accrocher mais le manga est quand même sympa.
Les dessins sont corrects, même s'il n'est pas exemplaire d'originalité, le style de l'auteur a quand même un peu de charme. Néanmoins, on remarque souvent qu'elle ne se casse pas trop la tête en ce qui concerne le visage des personnages, on a souvent l'esquive des difficultés par la mèche de cheveux pour ne pas avoir à dessiner les deux yeux, ou alors carrément pas d'yeux dessinés du tout. Pour les personnages pions, il y a une raison formellement expliquée dans le manga, mais pour les autres, je trouve que l'impasse graphique devient trop récurrente. En effet, il est vrai que les visages des personnages n'est pas toujours très bien dessiné, mais l'auteur devrait se forcer à plus les faire pour s'améliorer. Cela dit, il n'y a rien de si flagrant, je doute que les lectrices en tiendront rigueur. 

Ça fait donc un manga plutôt sympathique, qui n'est pas trop tombé dans les clichés du genre, il ne reste qu'à voir si sur les volumes suivants cela poursuivra dans cette voie.

Hanoko, tome 1 lu le 25/09/2010

Des lapins blancs d'une autre manière dans Doubt.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici