16 Life

Titre original: 
16 Life (Sixteen Life)
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, tranche de vie
Éditeur original: 
Shogakukan (prépublicé dans Sho-comics)
Éditeur français: 
Soleil Manga
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2013 (le 6 novembre)
Nombre de tomes: 
2 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
2
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,99€
Rythme de parution: 
Bimestriel

Résumé des tomes

Avis

Une fille a priori tout ce qu'il y a de plus banal suit sa petite vie de lycéenne. Un jour, elle se fait remarquer par un célèbre producteur de musique qui a totalement flashé sur sa voix. Il lui fait passer auditions sur auditions. D'autres personnes vont la remarquer pour sa voix sortant de l'ordinaire. J'allais dire et tout le tralala, sauf que non. Le manga repart très vite sur du Shôjo de base.

C'est le troisième manga de Saki Aikawa que je lis, je n'avais pas été fan des deux précédents qui en plus se ressemblaient trop mais pour 16 Life, vu qu'il parlait aussi de musique et de l'univers des maisons de production, il y avait peut-être moyen qu'il sorte du lot. Les quinze premières pages semblaient un peu intéressantes. L'introduction de l'héroïne qui avoue au lecteur qu'elle est quelqu'un de banal sans grande ambition ni passion particulière pouvaient laisser présager d'une psychologie intéressante pour ce personnage principal. La voir projetée dans un milieu qui lui est totalement étranger et auquel elle n'a a priori jamais aspiré aurait pu être intéressant aussi. La suite du premier volume aura tôt fait d'annihiler toutes ces possibilités.
Tout cet univers de la musique n'est qu'un prétexte à mettre en scène des amours improbables qui tombent d'un coup toutes du ciel sur l'héroïne. La seule chose qui m'aura surprise, négativement pas de chance, est le fait qu'il n'y ait non pas deux mecs sur l'héroïne mais carrément trois. Par ailleurs, je me demande si le choix du nom de famille de l'héroïne est anodin pour pas, il n'a pas manqué de me rappeler la célèbre compositrice Yuki Kajiura. Notre héroïne entrant dans le monde de la musique, le rapprochement n'est-il que fortuit? Enfin, cela n'a pas beaucoup d'importance.
16 Life est donc un autre de ces Shôjo qui vend du rêve facile aux jeunes lectrices en mettant en scène une héroïne passe-partout qui non seulement se retrouve aimée de plusieurs beaux mecs mais qui, par la grâce de Dieu, attire toute l'attention d'un célèbre, talentueux producteur et musicien qui va tout faire pour la faire percer. Comme pour les autres mangas de Saki Aikawa (Is This Feeling Love?), j'ai apprécié le style graphique, notamment pour les couvertures à la composition simple mais qui évoque bien les deux sujets du manga : la musique et l'amour. Toutefois, mon avis restera le même puisque le style, de qualité certes, ne semble pas évoluer bien des masses. Encore une fois, les deux protagonistes ont un design identitque à celui de ses autres manga. Pourtant, les personnages secondaires bénéficient paradoxalement d'un design plus original et sympathique qui montre bien que Saki Aikawa est capable. Pourquoi donc des héros tous similaires? Volonté de l'auteure ou bien de l'éditeur? Le mystère est entier.
La seule chose qui aurait pu sauver ce titre était l'histoire de ce producteur de musique, Takase Kasuko, et les parts obscures de sa carrière qui sont un peu intrigantes. Encore une fois, l'auteure passera très vite dessus. À part ça, j'ai du mal à dégager quoi que ce soit d'autre qui démarquerait ce manga. C'est d'autant plus dommage car on voit d'après les Free Talks de l'auteure qu'elle s'est énormément investie afin de se documenter pour la réalisation de ce manga et dans le but de restituer le milieu des maisons de production de musique. C'est regrettable que tout ce travail ne serve qu'un scenario si creux. Enfin, nous pourrons au moins constater que la volonté était là, cependant, cela ne suffit malheureusement pas. Dans le même genre je vous conseillerais plutôt le classique Nana, Lovely Love Lie ou pourquoi pas en Josei Nodame Cantabile.  

Hanoko, un tome lu, le 18/11/2013 puis tome 2 le 10/01/2013

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici