Wolfsmund

Wolfsmund

Titre original: 
Ookami no Kuchi: Wolfsmund
Auteur(s): 
Genre: 
Historique, action, drame
Éditeur original: 
Enterbrain
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
12 avril 2012
Nombre de tomes: 
6 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
6
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,65€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

Dans les Alpes. Un gouvernement austère, une population en détresse, une frontière gardée par le plus impitoyable des douaniers: telle est la réalité de Wolfsmund, surnom donné au fort du col de Saint-Gothard. Alors que le régime en place est extrêmement rigoureux et intransigeant, beaucoup tentent de fuir le pays et leur vie misérable mais la peine de mort s'abat sur toute personne tentant de traverser la frontière frauduleusement. Une sentence fatale appliquée par un homme que rien ne semble pouvoir tromper. 

Le manga nous présente plusieurs voyageurs clandestins qui tentent de passer la frontière pour fomenter une révolte contre la tyrannie de leur seigneur. Mitsuhisa KUJI nous narre l'histoire de plusieurs personnages aux parcours différents, sans lien direct entre eux si ce n'est leur but commun: lutter contre le pouvoir en place. Le récit est sombre, violent et sans concession. Nous suivons, dépités, révoltés, le destin tragiques des deux premiers duos de protagonistes présentés face au terrible Wolfram qui semble omniscient. En parallèle, l'auteur introduit brièvement mais de manière récurrente, une femme encore assez mystérieuse. Travaillant à proximité du fort, Elle semble travailler dans une auberge mais elle dispose de beauocup d'information et de relations. Qui est-elle réellement? Tout ce que nous savons, c'est qu'elle aide discrètement des rebelles. Nous avons donc une sorte de duel implicite à distance entre elle et Wolfram.
La fin du volume 1 nous présente enfin un survivant, qui a passé la frontière et a survécu, non sans mal. Ce jeune homme, Walter Tell, cherchera-t-il à se venger de la cruauté de Wolfram? Sera-t-il, avec la gérante de l'auberge, la clef de la percée de la rébellion ? Quels seront les autres enjeux à part apporter la défaite à Wolfram ? Seule la suite nous le dira.
Étonnamment, le dessin n'est pas aussi dur que l'histoire comptée alors qu'on pouvait s'attendre à un dessin plus réaliste et sombre. Les formes sont assez rondes, les traits épais, les personnages ont d'assez grands yeux. Leur expressivité ainsi que certaines coupes de cheveux de personnages ont même de quoi rappeler les oeuvres de Tezuka. Visuellement, Wolfsmund se rapprocherait plus du Shônen que du Seinen. Quoi qu'il en soit concernant les choix stylistiques, le manga est reste bien dessiné. Bonne composition, gestion judicieuse des trames pour l'ambiance sombre et dynamique dans les pages sont de la partie. 

Wolfsmund commence sur la base d'une histoire presque simpliste où tout semble blanc ou noir. Cependant, le scenario, sans pitié pour ses personnages nous captive très vite et donne envie d'en voir plus. Un manga prometteur ! 

Hanoko, un tome lu, le 27/04/2012

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Wolfsmund / Ookami no Kuchi: Wolfsmund (Seinen)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici