We Need Kiss

We Need Kiss

Titre original: 
We Need Kiss
Auteur(s): 
Genre: 
Thriller, action, romance
Éditeur original: 
Shônen Gahôsha
Éditeur français: 
Doki-Doki
Date de sortie originale: 
2006
Date de sortie en France: 
2008
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
210
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

"Avec un titre pareil, on aurait pu s'attendre à tomber sur un shôjo. En fait, on se retrouve avec un seinen vraiment sympa qui nous plonge dans l'univers parfois glauque des bars à hôtesses/host.
Le manga commence en nous présentant un couple de lycéens très heureux. On voit leur insouciance et celle des gens qui les entourent. Puis, progressivement, l'histoire s'enfonce dans le sordide avec un mystérieux individu qui excelle au combat. S'en suit une longue descente dans le milieu des hôtesses et gigolos (hommes-hôtes appelés host) où se mêlent plaisir et manipulation. Plus on avance, plus ça devient violent. Certains host qui se mettent à exploiter leurs anciennes clientes amoureuses d'eux, une reine que tout ce monde complètement barge... Et dans tout ce foutoir, Eisaku, alias Bee, qui souhaite racheter ses fautes passées au nom de l'amour qu'il éprouve pour Natsuko. D'ailleurs, la demoiselle n'hésitera pas à plonger elle-même dans le milieu en compagnie d'une de ses amies pour retrouver Eisaku et aider Sayuri. Bref, c'est assez intéressant et haletant, le format court aidant.
Le caractère des personnages est assez bien développé, on se retrouve avec des héros primaires et secondaires fort attachants. Sayuri est l'archétype même de la femme forte sans toutefois tomber dans la parodie. Les liens qui s'ébauchent par ailleurs entre eux sont bien trouvés.
Graphiquement, c'est assez louable, très agréable. Un style à la fois insouciant et réaliste, avec des scènes innocentes et parfois ignobles. Je souligne que le manga est interdit aux moins de 15 ans pour la simple et bonne raison que c'est violent et parfois à caractère sexuel.
Je finirai en disant que j'apprécie le contraste entre les sentiments purs de Eisaku et Natsuko et le milieu sordide où ils baignent jusqu'au cou. Une bonne trouvaille.  

En bref, un manga fort sympa pour ceux qui aiment les histoires un peu morbides teintées de sentiments." 

DDG, le 09/02/10, 3 tomes lus.

Autre milieu, mêmes conséquences : Yellow Hearts.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici