Valkyrie Apocalypse

Valkyrie Apocalypse

Titre original: 
Shuumatsu no Walküre (終末のワルキューレ) - Record of Ragnarok
Genre: 
Action, fantasy
Éditeur original: 
Tokuma Shoten (prépublié dans Comic Zenon)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection seinen)
Date de sortie originale: 
janvier 2018
Date de sortie en France: 
5 septembre 2019
Nombre de tomes: 
4 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (à venir)
Nombre d'éditions en France: 
1 de poche
Traduction: 
Alex Ponthaut
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
194
Prix: 
7,90€

Avis

Avec ce titre exaltant, cette couverture tout en muscles et un tel aperçu de l’histoire, nul doute que Valkyrie Apocalypse ne fera pas dans la dentelle!

 

L’introduction est brève, le débat des dieux laconique, il est temps de faire table rase de l’espère humaine et se repartir sur des bases saines. Mais une Valkyrie, Brunehilde, se dresse face à l’assemblée afin d’offrir un ultime recours à l’humanité et parvient à déclencher le Ragnarök, où les plus forts humains devront affronter les dieux les plus puissants. Et sans attendre, le premier duel commence: Thor, de la mythologie Viking contre Lü Bu, guerrier historique dont les faits d’armes sont relatés dans l’histoire des Trois Royaumes.

Le choix de ne pas situer dans le temps se révèle des plus pertinents, car il permettra des rencontres improbables de personnages historiques et de civilisation éloignées. De plus, les humains étant mortels contrairement aux dieux, il demeure fair-play que des champions puissent être choisis de tout lieu et époque. Et cela rend la lecture d’autant plus jouissive.

J’ai été assez surprise que le manga ne narre pas du tout le recrutement des héros humains et des dieux, on embraye directement sur le tournoi comme si le manga commençait directement sur son apothéose. Cela aurait pu être intéressant de lire le processus de choix des combattants cependant, je reconnais qu’évincer cette étape de l’histoire assure un suspense quant au déroulement du tournoi. Pas de fioriture, nous entrons directement dans le vif du sujet, avec en plus deux combattants qui nous offrent un combat titanesque. Et force est de constater que ça marche, on sent très vite survolté par ce premier combat qui démarre sur les chapeaux de roue.

Le dessin de qualité malgré certaines anatomies approximatives, ne lésine pas dans la grandeur et l’exagération, ce qui convient parfaitement à ces affrontements d’anthologie qui va décider du sort de l’humanité. Pour nous galvaniser encore plus, le character design envoie du pâté dans l’ensemble, les personnages ont tous une allure bien classe, impressionnante ou très marrante. Coup de cœur pour Zeus en petit vieux qui devient un tas de muscle à la Tortue Géniale de Dragon Ball quand il s’excite %). En revanche, le design des Valkyries est totalement hors sujet, avec leur robe qui ferait presque soubrette. Nous sommes bien loin de leur condition guerrière. Je n’ai pas compris non plus quel a été le délire de représenter Hermès en sosie de Sebastian de Black Butler. Mais c’est un détail.

Dernière surprise, la fin du premier tome révèle la liste des participants, décevante au premier abord mais avec un potentiel toutefois inattendu:

 

Laissez votre cerveau de côté. Une bonne dose d’adrénaline s’amorce avec ce tome un, dont la suite fait vraiment envie malgré des déceptions au niveau du casting.

 

Hanoko, un tome lu le 02/09/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici